En ce moment
 

Violences conjugales: les appels au centre d'écoute ont triplé, le nombre de plaintes reste identique...

Les femmes dénoncent plus facilement les violences conjugales mais ont toujours du mal à porter plainte. Explications.

Dénoncer est une chose, porter plainte en est une autre pour les femmes victimes de violences conjugales. Le numéro gratuit "écoute violences conjugales" reçoit de plus en plus d'appels. 2700 en 2016, plus de 9.000 l'an dernier.

Le numéro est plus accessible et plus connu, et le mouvement #MeToo est passé par là...

Mais dans le même temps, le nombre de plaintes, lui, n'augmente pas: il stagne à 20.000 par an.

Car la démarche est toujours aussi difficile. Une majorité de personne qui s'adresse au centre de prévention des violences conjugales ont bien du mal à déposer une plainte à la police. "Parfois, elles ne sont pas reçues, on n'accepte pas de prendre leur plainte, on les envoie carrément bouler", a expliqué Jessica Swaen, victimologue.

La prise en charge par la police ne serait donc plus aussi bonne qu'il y a quelques années. "On a vu les choses se détériorer depuis les attentats. Je pense que la violence conjugale n'est plus une priorité pour les commissariats".

Malgré la bonne volonté des policiers, un autre problème se pose: "Ils ne sont pas toujours sensibilisé à la problématique. Ils ne comprennent pas que la victime se représente plusieurs fois, qu'elle retourne plusieurs fois chez leur compagnon ou leur mari, donc il y a peut-être une perte de patience".

Le conseil de Jessica: "S'adresser au bureau d'assistance policière aux victimes, c'est un service lié à la police qui peut les aider dans leurs démarches, dans leur dépôt de plainte".

Le numéro "écoute violences conjugales" est le 0800 30 030. Il est désormais accessible 24 heures sur 24.

Vos commentaires