En ce moment
 
 

Violences familiales : les hommes en sont aussi les victimes

 
 

Maltraitance, viol, violences conjugales, pédophilie, alcool, etc. La liste est longue et pourtant, ces membres de l'association "Succès" ont retrouvé une vie normale et veulent partager leur message. Il faut le dire quand ça va mal, mais aussi quand ça va bien.

Oui, d'anciennes victimes de violences physiques ou morales peuvent aller mieux et vivre une nouvelle vie. C'est en résumé le message que veut faire passer l'association "Succès", dont tous les membres ont subi des violences diverses. L'association existe depuis un an. Betty Laurent l'a créée après avoir rédigé un livre "Un coquelicot en hiver? Pourquoi pas..." où elle y témoigne des violences qu'elle a subi plus jeune. Dany Klein, la chanteuse de Vaya Con Dios, est depuis peu devenue la marraine de l’association.

A la rencontre des jeunes

Sensibiliser les jeunes adolescents est aussi un objectif de l'ASBL "Succès".  A côté de cela, l'ASBL organise donc différents colloques, rencontres ou interventions pour faire passer un message positif. Des rencontres sont organisées dans différentes écoles de la région de Charleroi. Sébastien Capette, journaliste de Bel RTL, a assisté à l'une de ces rencontres à l'athénée royal de Tamines : "Je ne trouve ça pas normal que l’on puisse défigurer une personne dans l’unique but de lui enlever toute vie sociale" raconte un élève visiblement très troublé par le témoignage d’un membre de l’ASBL. "Cela m’a mis mal à l’aise à certains moments du discours. Ça m’aide à mieux comprendre ces personnes désormais", ajoute un autre étudiant de l’athénée.

Des femmes mais aussi des hommes

On ne le précise peut-être pas assez mais les hommes aussi peuvent être victimes de ces violences.  Marc (nom d'emprunt) a subi des violences morales dans sa vie: avec sa mère dans un premier temps, et avec son ex-femme dans un deuxième. "Malgré les failles, et les séquelles, j’estime que je m’en sors bien. Avec ces jeunes, on se sent écouté, compris et c’est épanouissant", révèle-t-il. Marc a heureusement depuis repris une vie tout à fait normale. "Le message que l’on veut faire passer : le côté positif des événements", achève-t-il.




 

Vos commentaires