En ce moment
 
 

Voici à quoi ressemblera le régime alimentaire idéal en 2050

En 2050, nous serons 10 milliards d'êtres humains, dont l'alimentation représentera un vrai défi. 37 experts internationaux ont déterminé quel serait le régime idéal pour une personne: beaucoup plus de fruits et beaucoup moins de viande.

Viande rouge, viande blanche, saucisse, boudin… Dans n'importe quelle boucherie où vous vous rendez, vous avez l'embarras du choix. Mais pour nourrir tout le monde en 2050, il faudrait s'en tenir à 14 grammes de viande rouge par jour, soit un steak par semaine.

Difficile à imaginer pour les clients d'une boucherie bruxelloise où nous nous sommes rendus pour le RTLinfo 13h: "C'est peut-être un peu peu, moi j'en mangerais bien deux", dit l'un d'entre eux. "Je suis d'accord avec certaines études qui disent qu'on doit moins manger de viande, mais mieux et de la viande qualitative, plus locale", note Peter Vancompernolle, boucher.

À la place, nous devrions manger plus de fruits et de légumes, mais aussi des graines, des céréales complètes, des noix, et des légumineuses.


Réduire la viande pour réduire les émissions de CO2

"Des flageolets, les pois cassés, tous les sojas, azuki, pois chiches... Tout ça ce sont des légumineuses qu'il faut un certain temps pour cuire, agrémenter parce que bon, il faut apprendre à les cuisiner aussi ", explique Carine Haesaerts, responsable d'un magasin bio.

"Moi je privilégie les légumes de saison, parce qu'ils sont plus riches en vitamines du fait qu'ils sont de saison et qu'ils n'ont pas subi de transport", ajoute une cliente, déjà conquise par cette alimentation qui réduit les quantités de viande consommée. 

Selon des chercheurs, passer à ce mode de régime stabiliserait nos émissions de CO2 au niveau mondial. "Faire l'effort de se dire 'Ah ben tiens, je vais peut-être manger moins de viande, ou acheter un bout de tofu'. On ne doit pas être dans les extrêmes, c'est juste ça", précise une autre cliente. 

Ce régime idéal permettrait aussi d'éviter 11 millions de morts prématurés chaque année. Mais encore faut-il être prêt à changer ses habitudes.

Vos commentaires