Voici le nouveau chef de la police fédérale: qui est-il et que veut-il ?

Marc de Mesmaeker est officiellement le nouveau chef de la police fédérale. Il a prêté serment cet après-midi devant les ministres de l’intérieur et de la justice. Rencontre signée Loic Parmentier et Michel Herinckx

C’est le tout nouveau patron de la police fédérale qui prend aujourd’hui ses marques dans son bureau au sommet des forces de l’ordre. Il s’appelle Marc de Mesmaeker et à 57 ans il devient Commissaire Général de la Police Fédérale. C’est le titre précis. Première interview… dans laquelle il se veut d’abord rassurant pour ces hommes

"La police fédérale peut être fière des résultats qu'elle obtient avec les moyens dont elle dispose. Mais, effectivement, certaines unités opérationnelles de première ligne ont des problèmes d'effectifs pour lesquels il faudrait trouver des solutions: la police de la route, la police scientifique et technique, les centres de communication", déclare-t-il.

Le grand patron affirme qu’il n’y aura pas de nouvelles réformes ou de nouveaux changements tout en modernisant sa police fédérale. Arrive alors le dossier prioritaire: Le terrorisme. Mais, très honnête, le nouveau grand patron ne veut pas que cela déforce les autres services de sa police

"C'est vrai que la priorité qui a été donnée au terrorisme se fait au détriment des autres services. Mais je crois qu'il y a d'autres phénomènes sur lesquels on travaille activement comme la cyber-criminalité", expose-t-il.

Autre particularité de Marc de Mesmaeker: son passage par la rue de la loi. En 2008, il était conseiller du ministre de l’intérieur Patrick Dewael. Cette expérience politique comme conseiller est un énorme atout.

"J'ai eu des milliers et des milliers d'expérience. Avec toutes les solutions déjà proposées au ministre à l'époque, je peux mieux savoir aujourd'hui si une proposition a une chance de passer", raconte-t-il

Marc de Mesmaeker est désormais officiellement le patron des forces de l’ordre fédérales. A ce titre, il siégera également au conseil national de la sécurité au côté du gouvernement et des services de renseignement.

Vos commentaires