En ce moment
 

Voici pourquoi de plus en plus de pensionnés se remettent au boulot

Voici pourquoi de plus en plus de pensionnés se remettent au boulot

Il n'y a pas d'âge pour continuer à travailler. De plus en plus de pensionnés optent pour des activités complémentaires rémunérées en Belgique. Le nombre de 65 ans et plus qui combinent pension et activités complémentaires rémunérées a augmenté de près de la moitié au cours des cinq dernières années. Cette année, Randstad a déjà enregistré 820 pensionnés désireux de reprendre une activité professionnelle. Parmi eux, une poignée a même atteint l'âge de 80 ans.

Le nombre de 65 ans et plus qui combinent pension et activités complémentaires rémunérées a augmenté de près de la moitié au cours des cinq dernières années, d'après une étude de Randstad, publiée samedi. Selon le bureau d'intérim, un changement de mentalité s'opère auprès des pensionnés et des employeurs. Cette année, Randstad a déjà enregistré 820 pensionnés désireux de reprendre une activité professionnelle. Parmi eux, une poignée a même atteint l'âge de 80 ans. Il y a cinq ans, à la même période, les aînés qui s'étaient manifestés auprès du bureau d'intérim étaient 553. La fédération des prestataires de services RH, Federgon, constate la même tendance à la hausse.

Comment expliquer ce phénomène ?

Selon Randstad, il y a plusieurs explications à ce phénomène. En raison de la pénurie de travailleurs dans certains secteurs, les employeurs sont plus enclins à embaucher des personnes âgées. Parallèlement, la mentalité des pensionnés évolue, estime le bureau d'intérim. "Ces personnes sont nées après la Deuxième Guerre mondiale et ont grandi au sein de la société de consommation. La pension qu'elles perçoivent ne leur suffit pas, c'est pourquoi elles désirent augmenter leur revenu par des activités complémentaires rémunérées", note Randstad.

Enfin, la législation permet désormais aux pensionnés de reprendre des activités professionnelles plus facilement et le système des flexi-jobs leur est également accessible, conclut le bureau d'intérim.

Vos commentaires