En ce moment
 

Vous avez l'impression que les chantiers prennent toujours du retard? Cet ours et ce lapin vous expliquent pourquoi

"Les chantiers, ils ont toujours du retard". "Et en plus, personne n'y travaillent la nuit". Vous avez peut-être déjà un jour pensé ou prononcé ce type de phrase. Mais sont-elles justifiées ? Aujourd'hui, le ministère wallon de l'Aménagement du territoire et des Travaux publics veut tordre le coup aux clichés. Certes, il y a actuellement une centaine de chantiers en cours en Wallonie, mais pas de panique : selon eux, ça avance ! Simon Breem et Alain Hougardy ont rencontré le chef du cabinet adjoint du ministre wallon des travaux publics pour le RTL INFO 13H.

Un lapin, usager de la route, et un ours, ouvrier, sont mis en scène dans une vidéo produite par la SOFICO et le SPW Infrastructures: "Ils ont un planning, non ? Pourquoi ils ne peuvent pas s’y tenir?", demande le lapin. "Ils ne peuvent pas toujours tout prévoir", répond l’ours. Ensemble, ils forment le duo qui tente de casser les clichés relatifs aux chantiers routiers et informent sur les modalités des travaux. Cette mission est devenue primordiale suite aux nombreuses plaintes des usagers. "Le but, c’est de casser les clichés : on est beaucoup plus lents, on ne travaille jamais, on est moins bien organisés qu’ailleurs… le but était d’expliquer la réalité des choses et le fait que non, au contraire, on travaille en dehors des heures, on travaille de façon rapide", explique Dominique Verlaine, chef du cabinet adjoint du ministre wallon des travaux publics.

Si la campagne peut répondre à certaines questions, elle risque de ne pas suffire à apaiser les usagers. Pour tenter de limiter cet impact des chantiers sur la circulation, des mesures sont prévues en parallèle de la campagne. "C’est une organisation qui implique maintenant un travail de plus en plus fréquent la nuit et le week-end pour réduire la durée du chantier, et surtout faire des opérations au moment où elles sont le moins impactantes pour la circulation", ajoute Dominique Verlaine.

Ces dernières années, les chantiers se sont multipliés en Wallonie : au total, une centaine sont en cours actuellement. Ces travaux auraient dû être menés plus tôt, mais les moyens nécessaires n’étaient pas disponibles. "Avec la régionalisation des travaux publics, fin des années 1980, les budgets qui ont été alloués à la Wallonie étaient insuffisants que pour entretenir convenablement le réseau qui vieillit maintenant", explique Didier Block, président de la fédération wallonne des entrepreneurs de travaux de voirie (FWEV).

Les capsules d’ours et lapin seront diffusées du 15 au 28 juin sous forme de mini-série. Au total, 10 clichés liés aux chantiers routiers y seront décortiqués.

Vos commentaires