En ce moment
 
 

Les voyages non essentiels à nouveau autorisés: comment les compagnies aériennes se sont-elles préparées à la reprise?

 
CORONAVIRUS
 

Les voyages non essentielles sont eux à nouveau possible depuis le 19 avril. L'aéroport de Bruxelles s'apprête à recevoir de plus en plus de voyageurs dans les mois qui viennent. En mars, il a accueilli moins de 200.000 passagers, soit 9% du nombre de vacanciers d'avant la crise.

Retour dans le cockpit d’un avion de Brussels Airlines pour Julien, un pilote qui vient de passer 6 mois en hibernation, privé de vol. Une pause qui nécessite une remise à niveau qui comprend notamment 14 heures de formations théoriques et des séances de simulateur.

"Nous avons eu 4 sessions de 4h. Le but est de revoir toutes les procédures qu'on fait en temps normal, mais aussi toutes les pannes ou ennuis qui peuvent arriver en vol. Le but est d'être réhabituer à gérer des situations éventuelles de stress. A la fin de cette formation en simulateur, on a un examen", explique-t-il. 

Julien a réussi ses étapes. Il peut désormais voler a nouveau, mais d’abord accompagné par un instructeur. Au total, 150 pilotes doivent suivre cette formation.

Au niveau du personnel de cabine, 130 personnes étaient au chômage temporaire. Elles suivent aussi une formation pour revoir les procédures de sécurité classique, mais également les mesures Covid. Au programme vérification du port du masque, spray et lingette désinfectante.

"Après le décollage, on va donner des lingettes aux passagers comme ça, ils peuvent nettoyer leur table, qui auront avant le vol déjà été nettoyées. Mais comme ça, ils se sentiront plus en sécurité", indique Michèle, la cheffe de cabine.

21 des 38 avions de la compagnie sont à nouveau fonctionnels, tous sont méticuleusement inspectés, entretenus et testés avant de remonter en piste.

Le personnel qui se trouve au sol comme les équipes qui gèrent les tickets sont également en train de rafraîchir leurs connaissances et retrouver leurs réflexes. Ce sont elles, par exemple, qui seront confronté aux questions multiples des voyageurs concernant la situation sanitaire des pays visités.

 




 

Vos commentaires