En ce moment
 
 

Chutes de neige exceptionnelles en Turquie et en Grèce: le trafic routier et aérien est paralysé

Chutes de neige exceptionnelles en Turquie et en Grèce: le trafic routier et aérien est paralysé
 
 

D'importantes chutes de neige ont touché la Grèce et la Turquie. Des conditions météorologiques extrêmes qui ont entrainé d'importantes perturbations dans ces deux pays.

La neige a commencé à tomber ce week-end en Turquie et a redoublé d'intensité dans la nuit de samedi à dimanche. Il y a une telle quantité de neige, que les services de secours turcs ont dû venir en aide aux personnes coincées sur l'autoroute. Les autorités d'Istanbul ont d'ailleurs temporairement interdit aux automobilistes de prendre le volant.

L'aéroport d'Istanbul, le plus grand d'Europe, est également particulièrement touché par ces intempéries et a été contraint de suspendre ses vols. "On est là déjà depuis plus de 24 heures, nous devons partir en direction de Paris sauf qu'on a aucune information de la part de l'aéroport." dit un voyageur coincé à l'aéroport. Sous le poids de la neige, un hangar de l'aéroport s'est effondré. Les vols devaient reprendre tôt ce matin, mais la direction a annoncé que l'aéroport restera fermé jusqu'à cet après-midi. Finalement certains vols ont repris, mais la compagnie nationale Turkish Airlines a préféré annuler l'ensemble de ses vols, au départ, comme à l'arrivée à Istanbul, jusqu'à mardi minuit.

Congé chômé en Grèce

La Grèce, toute proche a aussi été touchée par ces chutes de neige hors du commun. Pour la première fois, cet hiver, le centre d'Athènes est enneigé, ce qui a conduit à la fermeture du Parlement grec, ainsi que des écoles. Des centaines d'automobilistes ont été piégés pendant plusieurs heures sur le périphérique d'Athènes. L'armée, la police et les pompiers sont intervenus pour les évacuer. De nombreux automobilistes ont été contraints d'abandonner leurs véhicules sur la chaussée recouverte de neige. Le gouvernement a finalement décidé de décréter, ce mardi, une journée chômée, et fermant les services privés et publics, à l'exception des services indispensables, comme la police, les pompiers et les pharmacies.


 

Vos commentaires