En ce moment
 
 

Infections respiratoires en hausse: voici quand les enfants sont censés être testés contre le Covid

 
 

On parle beaucoup de cas de Covid, mais les simples virus respiratoires comme ceux causant la rhinite ou la rhino-pharyngite sont également en pleine augmentation, notamment chez les enfants.

"Il y en a de plus en plus. Les enfants arrivent déjà avec le nez qui coule le matin. C’est souvent en continu. Sinon on essaie de faire comprendre aux parents que c’est mieux de les soigner à la maison de façon à ce qu’ils récupèrent rapidement", explique Nathalie Steeno, enseignante dans une école primaire de Vedrin à Namur.

Le petit Ledion, lui, n’est visiblement pas encore rétabli. Il tousse toujours dans la cour de récréation. Le nez qui coule ? "Non, il était bouché". Mais il va "un peu mieux" désormais.

Dans les classes, on veille à ce qu’ils soient correctement habillés pour sortir dans le froid. "Au matin il fait souvent très frais. Donc les parents les habillent bien avec bonnet et écharpe. Et puis à 10h, suivant la météo, on adapte", explique Anne Dewez, également enseignante dans l’école.

Comment faire la différence entre un simple mal de gorge et le Covid ? La réponse est simple : grâce à un test PCR. Deux cas de figure concernent l’école.

1) Si l’enfant a moins de 6 ans, il est testé s’il présente des symptômes et qu’il a eu un contact à risque.

2) Si l’enfant a plus de 6 ans, il est testé s’il présent un symptôme majeur ou deux symptômes mineurs. Et "ça va très très vite. Les symptômes mineurs on parle d’un simple nez qui coule, mal de gorge, diarrhée, maux de tête. C’est un peu le florilège de tous les symptômes viraux qui peuvent exister", précise Estelle Aguerre, médecin généraliste à la maison médicale "La poudrière" de Jambes.

De plus en plus d’enfants seront donc testés à mesure que les infections respiratoires vont se multiplier. Mais par rapport au monde d’avant le Covid, l’école dresse un constat : les mesures d’hygiène toujours d’application permettent tout de même de limiter le nombre de ces infections respiratoires.



 




 

Vos commentaires