En ce moment
 
 

"J'ai vu une espèce d'oiseau que je n'avais jamais vue auparavant": la très discrète Bécasse des bois photographiée à Juprelle

Il y a deux semaines, Cindy a fait une observation dans son jardin à Juprelle, en région liégeoise: "J'ai vu une espèce d'oiseau que je n'avais jamais vue auparavant", nous a-t-elle écrit, joignant ces deux photos. Il est vrai qu'avec son long bec et sa silhouette trapue, il ne ressemble pas aux passereaux qui fréquentent habituellement les jardins.

 

Une Bécasse des bois

Nous avons soumis les photos à Jean-Yves Paquet, directeur du département Etudes de l'association Natagora, qui nous confie qu'il ne s'agit pas là d'une observation courante. Cet oiseau, généralement discret et qui passe souvent inaperçu, est une Bécasse des bois, issue de la famille des limicoles: "Des oiseaux qui aiment la vase", où ils prélèvent notamment des vers avec leur bec généralement long et effilé", précise l'ornithologue. 


"On les voit rarement car elles migrent la nuit et restent cachées dans les bois et fourrés la journée"

Il nous explique que la Bécasse des bois a la particularité d'être forestière, au contraire de la plupart des espèces de la famille des limicoles, que l'on voit plutôt sur les plages, les vasières et les prairies humides: "La Bécasse des bois se reproduit dans nos forêts, mais l'oiseau sur la photo est probablement un migrateur, venu de l'est de l'Europe (Russie par exemple). Des millions de Bécasses des bois arrivent en effet à l'automne pour passer l'hiver dans le sud-ouest de l'Europe (France, Espagne, Belgique...), mais on les voit rarement car elles migrent la nuit et restent cachées dans les bois et fourrées la journée. De temps à autre, elles font des haltes dans des endroits inattendus comme les jardins. En fait, elles apprécient les pelouses où elles peuvent trouver des lombrics".


"Plusieurs individus ont été trouvés jusqu'en plein centre de Bruxelles"

S'il ne s'agit pas d'une rencontre courante, cette année, plusieurs Bécasses des bois ont été signalées dans des jardins, indique Jean-Yves Paquet. "Cet automne, plusieurs individus ont été trouvés jusqu'en plein centre de Bruxelles, victimes de collision avec une vitre bien souvent". L'ornithologue a encodé l'observation de Cindy sur le portail Observations.be, qui permet de recenser toutes les observations naturalistes. Preuve que l'oiseau est particulièrement difficile à voir, lorsqu'on cherche les observations de l'espèce encodées depuis le 1er octobre, il n'y a que trois photos d'un individu vivant, et l'une d'entre elles a été réalisée à l'aide d'un piège photo.

Pour avoir une idée plus précise de l'aspect de l'oiseau, voici une photo uploadée sur le portail par Hugo De Bruyker en 2009:


 


Le portail des observations naturalistes fête ses 10 ans

Ce portail, créé grâce à la collaboration entre la fondation "Natuurinformatie", Natuurpunt et Natagora fête ses 10 ans cette année. "Observations.be est devenu l'interface quotidienne de partage et de gestion de millions de données d'observations naturalistes, pour des milliers de passionnés. C'est aussi devenu un outil incontournable pour le monitoring de la biodiversité en Belgique, et une base de données utilisée par de nombreuses équipes scientifiques ou par les gestionnaires des espaces naturels. Enfin et surtout, c'est une source d'information consultée par des milliers de personnes chaque jour pour mieux connaître la nature autour de nous", indique l'association de protection de la nature.

Vos commentaires