"Mon fils a trouvé ce joli petit oiseau à l'école": voici l'accenteur mouchet... et ses "mœurs sexuelles particulières"

©Alertez-nous

"Mon fils a trouvé ce joli petit oiseau ce matin à l'école", nous a expliqué Petra, depuis La Louvière, via le bouton orange Alertez-nous, il y a quelques semaines. "A l'arrière de la cour de l'école, il y a un petit bois qui borde l'allée des bâtiments scolaires, il a aperçu un petit oiseau qui sautillait sur le chemin. Mon fils s'est approché de lui, et surpris de la familiarité de celui-ci, il s'est accroupi en tendant la main vers l'oiseau qui a, à sa grande surprise, sauté dans sa main, ce qui lui a donné la joie de pouvoir l'admirer un instant. Puis il a déposé l'oiseau dans la végétation à proximité et s'est rendu aux cours... joli petit moment d'éternité", nous raconte-t-elle.


©Pixabay


Un petit insectivore

L'animal photographié par le fils de Petra est un accenteur mouchet, un petit oiseau qui peut faire penser, par sa couleur, au moineau, mais qui est en réalité bien différent puisqu'il présente un bec fin lui permettant de se nourrir d'insectes, contrairement au moineau. "C'est un insectivore au printemps et en été, il change un peu son régime alimentaire, il devient un peu plus opportuniste, il mange alors plutôt des fragments de graines et des œufs d'insectes, d'araignées, des larves… Il vient quand même aux mangeoires. Si les autres oiseaux ont par exemple décortiqué des graines, il prend des fragments de graines. C'est un oiseau assez fragile mais très commun", détaille Alain Paquet, chargé du suivi de la biodiversité en Région de Bruxelles-Capitale pour Natagora.

En ce qui concerne les populations de cette espèce, l'oiseau, bien que toujours commun, est en baisse assez bien marquée à Bruxelles, et en déclin modéré en Wallonie, selon les données d'Aves, le pôle ornithologique de Natagora.


©Pixabay 


"Le printemps est toujours une période dangereuse pour les mâles"

Depuis février déjà, on entend l'accenteur mouchet chanter. Ce chant lui permet de marquer son territoire. "L'accenteur va rester vraiment au sol, sauf pour chanter. Le mâle va se mettre en évidence au sommet d'un petit buisson, torse bombé. Il repousse ainsi les autres mâles et attire les femelles".

Au printemps, les accenteurs font tout pour se faire remarquer, dans le but de se reproduire... mais ils se rendent aussi visibles à leur prédateurs. "La mortalité est assez forte avec les éperviers. Il y a une balance dans la sélection, entre prendre un risque au niveau de la prédation, et le fait séduire de beaucoup de femelles. Le printemps est toujours une période dangereuse pour les mâles".

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

--- 

Des oisillons de pères différents dans une même nichée

Comme le spécialiste nous l'a expliqué, l'oiseau "a des mœurs sexuelles particulières", d'un point de vue humain. Chez cette espèce, chaque mâle a un territoire, qui recoupe plusieurs territoires de femelles. Les territoires de mâles et de femelles sont donc décalés, et chaque mâle est de ce fait en contact avec plusieurs femelles et inversement. "Le mâle d'accenteur mouchet va courtiser, s'accoupler avec toutes les femelles qui se présentent, et la femelle va faire la même chose avec tous les mâles qui se présentent. Chaque mâle et chaque femelle a un conjoint favori, mais le mâle va quand même nourrir les petits de plusieurs femelles différentes avec une préférence pour une femelle. C'est tout à fait étonnant comme système matrimonial". Il y a ainsi des oisillons de pères différents dans une même nichée.



Diminuer le risque de malformations

Ce phénomène n'est toutefois pas inédit: le spécialiste indique que par exemple chez la mésange charbonnière, qui est pourtant monogame, on retrouve en moyenne 30% d'oisillons qui ne sont pas du père. "L'idée est toujours de diminuer le risque des malformations. Une femelle d'accenteur qui a 7 ou 8 petits, de deux ou trois pères différents, diminue son risque d'avoir des malformations, et dans les trois pères il y en a certainement un excellent, un meilleur que les autres".


Contacter un centre de revalidation 

L'oiseau qui a été trouvé par le fils de Petra était peut-être malade: ce n'est pas un comportement habituel pour l'accenteur de se laisser manipuler de la sorte. Il est conseillé, lorsqu'on est face à ce type de cas, de contacter le centre de revalidation pour la faune sauvage le plus proche (CREAVES). "C'est un oiseau qui reste plutôt dans la partie inférieure des buissons, au sol aussi, mais ce n'est pas un comportement normal de rester dans la main: c'est peut-être un animal affaibli ou malade. L'idéal, c'est de le mettre dans une boîte en carton, avec quelques trous, pour éviter que les chats ne le prennent, et de l'amener dans un CREAVES".

Vos commentaires