En ce moment
 

Incroyable spectacle: notre équipe tombe sur une troupe de biches en pleine nuit en suivant une équipe de recensement du gibier (vidéo)

Une vaste opération de recensement du gibier s'achève en Wallonie. Pendant un mois, des spécialistes y ont parcouru quelque 6.000 kilomètres de sentiers pour identifier les animaux et vérifier comment leurs populations évoluent. Il s’agit d’un travail assez exceptionnel qu'ont pu suivre Sébastien Prophète et Denis Caudron pour le RTLinfo 13H.

À faible allure, ils parcourent les sentiers armés de deux lampes pour scruter la forêt. À l’intérieur du véhicule, un chasseur, un garde forestier et deux personnes pour tenir les sports lumineux. Leur mission est de déceler toute présence animale. "On les repère aux yeux, vous allez voir deux yeux qui vont briller, puis on s’arrête, on prend les jumelles et on regarde ce que c’est comme bête", détaille Auguste Lapaille, secrétaire du conseil cynégétique de Saint-Hubert, au micro de Sébastien Prophète pour le RTLinfo 13H.


"C’est très dur, surtout pour les yeux"

Dès qu’ils aperçoivent un animal, ils l’indiquent sur une feuille de comptage. Hier soir, l’équipe a roulé un peu plus de trois heures, car la nuit, le gibier bouge davantage que durant la journée. "C’est très dur, surtout pour les yeux, parce que chaque fois, on observe tout. Tout ce qui brille, on s’arrête et on regarde, des fois on se trompe, des fois, c’est une canette de bière ou des fois un catadioptre d’un mirador", explique Philippe Louppe, brigadier-forestier du Service Public de Wallonie, face à la caméra de Denis Caudron.


Se faire une idée de l'évolution de la population

Des équipes parcourent à plusieurs reprises 6.000 km de sentiers de Wallonie. L’exercice est fastidieux, mais certaines rencontres son saisissantes. Notre équipe a notamment pu voir une troupe de biches en pleine nature. La priorité des équipes est d’ailleurs de recenser les cerfs et les biches. "L’idée, ici, de ces parcours, c’est vraiment de se faire une idée de l’évolution de la population, ce qui nous permet de nous faire une idée, non pas du nombre d’animaux exact, mais de l’évolution par rapport aux années précédentes", précise Alain Licoppe, membre de la cellule "Faune" de la Direction de la Nature et de l’Eau du Service Public de Wallonie.


Plus de chasse

Dans ce secteur, 1.058 cerfs et biches ont été recensés l’an dernier. S’il s’avère que la population a augmenté, les chasseurs devront sans doute en tirer plus la saison prochaine. "Ce sont des herbivores qui se nourrissent aux dépens de la végétation forestière et des arbres forestiers en général, donc il est nécessaire de pouvoir réguler ces populations. On essaie de le faire de la manière la plus cohérente possible", ajoute M. Licoppe.

Instaurée en 2010, la méthode de comptage aurait déjà fait ses preuves.

Vos commentaires