En ce moment
 
 

Katty se demande si cet insecte rayé est dangereux: la Volucelle se fait passer pour un frelon... pour manger à l’œil! (photos)

Katty se demande si cet insecte rayé est dangereux: la Volucelle se fait passer pour un frelon... pour manger à l’œil! (photos)
©Alertez-nous
Vos découvertes

Katty nous a envoyé plusieurs photos d'un insecte qu'elle a observé chez elle, à Houdeng-Aimeries (La Louvière). "Je ne trouve pas que ça ressemble à un frelon ni à une guêpe... Il mesure environ 2 cm, les ailes sont fumées oranges et transparentes sur les bords... il est de couleur orange et brun, la tête un peu plus jaune et les grands yeux sont bruns. Il se trouvait tranquillement sur ma terrasse", nous écrit-elle, photos à l'appui.


 

Comptez les ailes

Si Katty fait le lien avec certains insectes rayés, ce n'est pas un hasard: l'espèce en question appartient au genre "Volucelle", et plus largement à la famille des syrphes, qui ont pour caractéristique de ressembler à d'autres insectes comme les bourdons, les abeilles ou les guêpes. A l'œil humain, le syrphe s'en distingue par le fait qu'il a deux ailes: c'est une mouche, un "diptère", et non un "hyménoptère", qui a deux paires d'ailes membraneuses.


Un pollinisateur important...

Tout comme les abeilles, les syrphes sont "des pollinisateurs très importants dans nos régions", nous explique Maxime Drossart, de l'Université de Mons. Ce chercheur est également gestionnaire du projet "Interreg SAPOLL", un plan d'action développé en Belgique et dans le nord de la France qui vise à la conservation des pollinisateurs sauvages, alors que les populations de ces derniers connaissent un déclin alarmant. Ils sont pourtant indispensables au maintien de la biodiversité, mais aussi de l'agriculture.


... qui ne ferait pas de mal à une mouche

Katty se demande si l'insecte qu'elle a photographié est dangereux: pas d'inquiétude, il est totalement inoffensif. Car même si son look rayé laisse croire qu'il peut piquer… il n'en a pas la possibilité car il n'a pas d'aiguillon (ou "dard"): "On peut penser que ce mimétisme permette aux syrphes de faire illusion dans l'environnement en faisant directement penser à un insecte qui pique et donc potentiellement dangereux pour les prédateurs. Cela marche d'ailleurs très bien avec nous, la grande majorité des gens pensant voir une guêpe ou autre insecte "piquant" quand il voit un insecte de ce genre", commente Maxime Dossart.



La Volucelle, ce pique-assiette

Ce mimétisme pourrait avoir une autre fonction: "Les volucelles sont des espèces qui vivent dans le nid de différentes espèces de bourdons ou de guêpes (elles se nourrissent des déchets de la colonie). Afin de passer inaperçues dans la colonie et pouvoir "manger à l'œil".

Il existe environ 350 espèces de syrphes en Belgique et certains se ressemblent énormément. Difficile donc d'identifier celui-ci avec certitude sur base de ce type de photos mais selon l'œil avisé du spécialiste, il pourrait bien s'agir de la Volucelle zonée (Volucella zonaria). "Les critères morphologiques sont assez précis et ne sont déjà parfois pas évidents à voir au binoculaire avec un spécimen épinglé de collection", commente Maxime Dossart.


L'ami des jardiniers

Que faire si vous en voyez au jardin ? Rien ! "C'est une excellente chose", estime le spécialiste, puisque comme expliqué ci-dessus, les volucelles et plus largement les syrphes participent à la pollinisation. 

Les larves de syrphes peuvent être phytophages, mycophages (consommatrices de champignons), zoophages (de matières animales), microphages (de très petites proies)… et cela peut être d'une grande utilité pour l'écosystème. "Certaines larves sont aphidiphages et se nourrissent donc de pucerons! Elles sont donc d'excellents auxiliaires et aideront les jardiniers".

Vos commentaires