En ce moment
 
 

Les détenteurs particuliers de volailles doivent confiner ou protéger leurs animaux

Les détenteurs particuliers de volailles doivent confiner ou protéger leurs animaux
 
 

(Belga) Le virus de la grippe aviaire H5N8 est désormais bien présent en Belgique chez les oiseaux sauvages, signale samedi l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca). A partir de ce dimanche 15 novembre, outre les exploitations professionnelles, les détenteurs particuliers de volailles devront dès lors aussi confiner ou protéger leurs animaux, a décidé le ministre fédéral de l'Agriculture David Clarinval (MR). Le consommateur n'encourt toutefois aucun risque et la viande et les oeufs de poules peuvent être consommés en toute sécurité.

Les premiers cas de grippe aviaire ont en effet été constatés sur trois oiseaux dans un centre de revalidation pour oiseaux sauvages à Ostende. L'Afsca avait lancé un avertissement en ce sens fin octobre. Les mesures s'imposent à tous les détenteurs de volailles et d'oiseaux en Belgique. Il s'agit des colombophiles mais aussi de toute personne qui élève des poulets ou des oiseaux d'ornement dans son jardin. Il leur est demandé de confiner ou protéger (avec un filet) leurs animaux. Cela vaut également pour les particuliers qui, par exemple, ont un poulailler. Cette mesure permet d'éviter les contacts avec les oiseaux sauvages, qui pourraient transmettre le virus. Il faut, si possible, mettre les abreuvoirs et les mangeoires à l'intérieur ou, si ce n'est pas possible, protéger le parcours extérieur avec un filet. Les rassemblements de volailles tels que les marchés publics, les expositions, les concours, les foires... sont momentanément interdits dans le cadre des mesures corona. Dès que celles-ci permettront à nouveau l'organisation de tels évènements, des règles plus strictes entreront en vigueur, précise l'Afsca. Les éleveurs de volailles, les détenteurs particuliers et les autres acteurs concernés sont tenus de contacter immédiatement leur vétérinaire s'ils constatent une augmentation de la mortalité ou tout autre symptôme lié à la maladie. Quant aux personnes qui découvrent un oiseau sauvage (espèces aquatiques) mort dans la nature, elles sont priées de le signaler via le numéro de téléphone gratuit 0800/99.777, de manière à éventuellement permettre une investigation rapide. Il est recommandé d'éviter de toucher ces oiseaux afin de ne pas propager le virus. (Belga)




 

Vos commentaires