En ce moment
 
 

Yasemin ne s'attendait pas à trouver ce triton devant sa porte à Bruxelles: voici pourquoi cela peut arriver en cette période (photos)

Yasemin ne s'attendait pas à trouver ce triton devant sa porte à Bruxelles: voici pourquoi cela peut arriver en cette période (photos)
©Alertez-nous
 
 

La rencontre peut paraître étonnante, de prime abord: le citadin face à l'amphibien, à la maison, en pleine ville. Yasemin, une Bruxelloise, a immortalisé l'instant et nous a écrit via le bouton orange Alertez-nous. L'animal qu'elle a photographié devant sa porte est un Triton alpestre, le  triton le plus commun de nos régions. Car plusieurs espèces vivent en Belgique: le Triton ponctué, le Triton palmé et le Triton crêté. Ce dernier est le plus rare de tous et il n’est pas présent en région bruxelloise. 

Un ventre orange caractéristique

Sur la photo qui nous a été envoyée, on ne distingue pas le ventre orange du Triton alpestre qui permet de lever tout doute sur son identification. C'est l'espèce que l'on retrouve dans la plus grande variété de milieux, des zones forestières aux jardins, en passant par les milieux agricoles.

©Pixabay

Pour voir toutes les espèces présentes en Belgique, cliquez sur ce lien.

Y'a pas de lézard

Contrairement à ce que pensait Yasemin, il ne s'agit pas d'un lézard, qui est lui un reptile, et qui a donc des écailles. Si l'on a de toute façon plus de chance de croiser un triton, plus répandu chez nous, Arnaud Laudelout, biologiste et chargé de projet chez Natagora, donne quelques éléments de comparaison pour aider à s'assurer de son identification: "Les lézards [ceux qui vivent à l'état sauvage en Belgique, ndlr] ont le dos uniformément brun, avec des écailles et des lignes plus foncées sur les flancs. Les tritons ont la peau généralement lisse, et présentent une grande variété dans leurs couleurs".

Pas d'invasion de tritons

"Sur les réseaux sociaux, j'en vois même certains qui en ont trouvé à l'intérieur de chez eux. Invasion?", se demande Yasemin. A cette période, les tritons ont quitté les mares, où ils se reproduisent, depuis un bon moment déjà. Ils sont entrés en phase dite "terrestre" entre fin avril et début juillet. Ils cherchent désormais une planque bien à l'abri du gel pour passer l'hiver. "Ça peut être sous des tas de bois, des galeries de rongeurs, plus fréquemment dans des zones forestières, mais on peut aussi les retrouver dans caves", confirme le biologiste. 

Et s'il débarque chez vous?

Que faire si vous en trouvez un dans votre cave ? "Ils se faufilent parfois dans un trou et tombent. Le mieux, c'est de le remettre dehors, mais surtout pas quand il gèle, et de préférence pendant la nuit, parce que c'est leur période d'activité normale". En tous les cas, ils ne doivent pas s'alimenter en hiver: ils ont fait toutes les réserves nécessaires durant la période estivale. "Cela serait même dangereux, comme il fait trop froid, ils ne digèreraient pas"

Un menu varié

Au menu du triton, on trouve de petits invertébrés principalement: "En phase aquatique, des larves d'insectes aquatiques mais aussi des larves de moustiques. Il y aura peut être aussi des têtards. Quand ils sont en phase terrestre, des insectes, des cloportes, des vers de terre...".

L'année dernière, plus de 25.000 tritons alpestres ont été recensés sur la plateforme Observations.be, qui permet d'encoder toute observation de la faune et de la flore sauvage du pays.




 

Vos commentaires