En ce moment
 

Audi équipe son A4 break d'un moteur essence ET gaz naturel: est-ce vraiment intéressant pour les "gros rouleurs"?

Audi équipe son A4 break d'un moteur essence ET gaz naturel: est-ce vraiment intéressant pour les

En quelques mois, le diesel est passé du statut de chouchou du public à celui de vilain petit canard. Ainsi, les ventes de véhicules neufs penchent désormais en faveur de l'essence. Parallèlement, les véhicules hybrides se développent. Mais il y a un autre carburant dont on parle moins souvent: le CNG, du gaz naturel compressé. S'il reste un carburant fossile et polluant, il l'est cependant moins que l'essence et le diesel. Il est aussi moins cher à la pompe et n'implique pas d'impact important sur les habitudes des automobilistes.

Dans cet article, nous avons testé un véhicule équipé du CNG dès l'usine: une Audi A4 avant g-tron. Dans notre second article, nous vous expliquons tout ce que vous avez à savoir sur le gaz naturel compressé: avantages, inconvénients, réseau de stations, l'inspection du système, etc.

Audi avait déjà sorti une version de sa petite berline, l'A3, roulant au gaz naturel. Cette fois, c'est la version break de l'A4 qui profite de cette nouvelle alternative. Le but? Offrir au conducteur un moyen de déplacement moins coûteux en carburant tout en maintenant un réservoir essence au cas où la réserve de gaz s'épuiserait.
 
Alors, tout de suite, vous vous dites que c'est un véhicule qui s'adresse surtout aux gros rouleurs. Des conducteurs qui font plus de 100 km par jour et qui pourront profiter pleinement de cet investissement. S'ils peuvent compter sur l'espace, le confort, l'agrément de conduite et un impact moins important sur l'environnement, pas sûr pourtant qu'ils y trouvent leur compte. Ce véhicule conviendra davantage aux rouleurs "moyens". Vous allez comprendre pourquoi.


Et le CNG, c'est quoi au fait?

Mais avant d'aller plus loin, rappelons brièvement ce qu'est le CNG. Il s'agit d'une version compressée du gaz de ville utilisée dans nos maisons. Le CNG est comprimé à environ 200 à 300 bars pour être stocké sous pression. Il est très différent du LPG (gaz de pétrole liquéfié), qui est stocké à l'état liquide et qui est un mélange de pétrole raffiné et de gaz naturel traité. Le LPG est surtout constitué de propane et de butane, tandis que le CNG est composé de méthane.

> PLUS DE DÉTAILS SUR LE CNG

Les pistons et les soupapes ont été spécialement modifiés pour fonctionner au gaz naturel

Le moteur placé sous le capot du break est un dérivé du 2.0 TFSI qui, à l'origine, carbure exclusivement à l'essence. Il est suralimenté par un turbo, et développe une puissance de 170 ch (125 kW), avec un couple maximal de 270 Nm disponible à environ 1.650 tr/min. "Les pistons et les soupapes ont été spécialement modifiés pour fonctionner au gaz naturel et permettent d’obtenir un taux de compression optimal. Un régulateur électronique de pression d’injection du gaz réduit la pression du gaz, qui passe de 200 bars à la sortie des réservoirs à une pression de fonctionnement de 5 à 10 bars dans le moteur", précise la marque.

Cette adaptation constante permet, selon Audi, d'obtenir constamment la pression optimale dans la rampe à gaz et dans les vannes d'injection. Ainsi, lorsqu'on roule à faible régime, la pression est faible, et lorsqu'on augmente la cadence, la pression monte.


Quatre réservoirs pour le CNG, un pour l'essence

Au total, le break peut accueillir jusqu'à 19 kg de gaz dans ses entrailles. Pour les stocker, quatre réservoirs cylindriques ont été disposés à l'arrière de l'A4 Avant. Ils ont été soigneusement adaptés à l'espace disponible et présentent chacun des dimensions différentes. "De par leur conception innovante, ils pèsent 56% de moins que des réservoirs comparables en acier", explique Audi. Malgré cette installation, l'espace est largement préservé dans le coffre. Et quand vous ouvrez le hayon, le plancher plat est à la même hauteur que le seuil de chargement. Très pratique.
 
 
Vous vous demandez si ces réservoirs sont vraiment solides? La couche intérieure est en polyamide étanche au gaz. Vient ensuite une couche réalisée dans un mélange de plastique renforcé de fibres de carbone (PRFC) et de plastique renforcé de fibres de verre (PRFV), "synonyme de solidité maximale", d'après le constructeur. "La couche extérieure, enfin, est réalisée en plastique renforcé de fibres de verre (PRFV)", qui permet surtout de rendre visibles d'éventuels dégâts.

Enfin, un réservoir essence de 25 litres vient compléter le dispositif, qui est intégré à la carrosserie de la voiture lors de la production en usine.


Faire le plein de CNG: comment ça marche?

Pour remplir tout ça, rien de plus simple, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous. Le raccord pour le pistolet à gaz se trouve derrière le même clapet que le goulot pour l'essence. Une fois à la pompe, il suffit de passer sa carte de banque, comme d'habitude, puis de saisir le pistolet et de le placer dans l'orifice adéquat. Ensuite, et c'est peut-être le seul changement, il faut appuyer sur "START" à la pompe pour que le remplissage commence. Vous entendrez un petit bruit, et vous devrez attendre un peu moins de 5 minutes, soit un peu plus que pour remplir un réservoir d'essence ou de diesel. N'oubliez pas: si vous devez aussi faire le plein de super 95, il faut refaire la procédure et repasser votre carte de banque pour vous servir en essence.

Vous l'aurez compris, remplir son réservoir de gaz naturel, ce n'est pas compliqué. Enfin, si vous trouvez une pompe…


Un réseau de stations-service encore limité en Wallonie

Car c'est tout le problème des véhicules au gaz naturel, pour l'instant en tout cas: le réseau de stations-service proposant ce carburant est encore limité en Wallonie. La première station CNG wallonne a été inaugurée en 2015. Depuis, le réseau commence à s'étendre, mais reste réduit. Voyez plutôt.

Si vous habitez une zone reculée, l'utilisation du gaz naturel sera presque impossible. Veillez donc à bien vérifier si une station propose ce carburant près de chez vous ou à un endroit où vous passez souvent.

Notez qu'il est aussi possible d'installer une pompe directement chez soi. Les inconvénients: cela coûte entre 4.000 et 6.000 euros, et le remplissage est très lent (environ 1 kilo de gaz par heure).

> DATS 24 ET ENORA NOUS DÉVOILENT LEURS PROJETS


Et ça consomme combien?

Au-delà des considérations techniques, ce qui vous intéresse certainement le plus, c'est la consommation de la bête. D'après Audi, elle est plutôt sage et mesurée. La marque aux anneaux annonce une consommation moyenne de 4 kg de CNG/100 km (oui, quand on roule au gaz, on calcule ça en kilo), pour un prix d'environ 3,5 euros (selon le prix en Belgique en octobre 2015).

Avec ses 19 kg de CNG dans le ventre de son break, Audi prétend qu'il pourra parcourir 500 km (cycle NCCE). En conditions réelles, ne vous attendez pas à en faire plus de 400 km, avec une conduite normale, et même si vous faites beaucoup d'autoroute.

Lorsque la quantité de gaz restante est inférieure à 0,6 kg, la gestion du moteur bascule automatiquement en mode essence. Au volant, franchement, on ne s'en rend même pas compte. Avec ce bon vieux sans plomb, vous pourrez encore rouler 450 km selon le constructeur. Donc, dans la réalité, comptez entre 350 et 400 km, selon votre style de conduite.


Vraiment pour les "gros rouleurs"?

Si vous achetez un véhicule comme celui-ci, vous le ferez certainement pour utiliser au maximum le gaz naturel, vu qu'il coûte moins cher que l'essence et que le diesel. Le CNG, c'est entre 0,89€/kg et 1,02€/kg (nous avons vérifié ça à la fin janvier). Contre 1,31€/l jusqu'à 1,46€/l pour du super 95 et 1,25€/l jusqu'à 1,40€/l pour le diesel. Soit environ 40 centimes en moins par litre que le super 95 et 35 centimes en moins que le diesel. Donc vous essayerez d'utiliser le moins possible votre réservoir à essence.

Les marques et les exploitants de stations-services considèrent généralement que les Belges parcourent en moyenne 15.000 km par an, soit environ 300 à 350 km par semaine. Pour ceux-là, l'A4 g-tron ne posera aucun problème: ils pourront facilement tenir toute une semaine avec un plein de CNG.

En revanche, pour les gros rouleurs, parcourant par exemple 100 km au quotidien, il faudra aller à la pompe deux fois par semaine. Et s'ils font encore plus de kilomètres, ils devraient même y aller tous les deux ou trois jours pour profiter au maximum du faible coût du CNG. Sauf que dans ce cas, l'utilisation de ce carburant ne sera vraiment pas très confortable, surtout si on n'a pas de station à proximité. Voilà pourquoi, comme on vous l'annonçait en début d'article, ce break risque de ne pas tout à fait convenir à ceux qui font vraiment beaucoup de route.


À bord

Dans sa description de l'A4 g-tron, Audi lance l'adjectif "sportive"… Bon, franchement, c'est juste un terme marketing placé à la va-vite. Oui, il y a de la puissance sous la pédale, oui la conduite est souple, agréable, les bruits de la route et du vent sont bien contrôlés, le confort est de mise… mais ce break n'a vraiment rien de sportif. Et c'est bien normal pour ce type de véhicule.
 
Côté intérieur, l'équipement proposé est soigné, comme on pouvait s'y attendre avec Audi. Cuir de qualité, planche de bord sobre et élégante, avec suffisamment d'espace à l'arrière pour d'éventuels passagers.
 
Un tout petit détail nous a cependant étonnés: les concepteurs ont placé la molette qui règle le volume de la radio juste à côté du siège passager avant. Une drôle d'idée, car un simple geste involontaire de votre compagnon de route fera grimper le volume au maximum (on a vécu l'expérience...).

Dans le coffre, les réservoirs CNG font baisser le volume disponible de 505 litres à 415 litres, avec la banquette arrière en position verticale. Une fois la banquette abaissée, vous disposerez de 1.415 litres (au lieu des 1.510 litres d'une A4 avant normale).


À l'extérieur
 
De l'extérieur, il n'y a que le logo g-tron et l'autocollant "CNG" apposés sur le hayon qui vous feront remarquer qu'il s'agit d'un véhicule roulant au gaz naturel.
  
Pour l'esthétique, on vous laisse juger. De notre côté, la ligne de ce break nous a semblé très bien réussie.


Le prix

Audi propose son A4 avant CNG à partir de 38.400 euros pour la version de base avec une boîte manuelle 6 vitesses, c'est:
- 5.000 euros en plus qu'une version essence 1.4 TFSI de 150 ch (33.160 euros).
- 900 euros en plus qu'une version essence 2.0 TFSI de 190 ch (37.540 euros).
- 2.300 euros en plus qu'une version diesel 2.0 TDI de 136 ch (36.090 euros).
- 15.000 euros en plus qu'une Golf 1.4 TGI (donc au CNG) de 110 ch (23.600 euros).
- 2.000 euros de moins qu'une Audi A5 g-tron 2.0 TFSI de 170 ch (40.400 euros).


Conclusion

La force de ce véhicule est de proposer un mode de consommation différent, moins polluant et plus économique, sur un modèle premium. Le consommateur intéressé ne sera pas obligé de sacrifier le confort et la qualité des matériaux.

Cette A4 avant g-tron est donc un nouveau choix offert au public. Avec le réseau de stations-service qui s'étend progressivement en Wallonie, et avec la différence de prix perceptible à la pompe, c'est une proposition qui pourrait bien tirer son épingle du jeu. Elle ne satisfera cependant pas les grands rouleurs. Avec environ 350 km d'autonomie en roulant au CNG, ils seront contraints de faire le plein trois fois par semaine. À moins d'installer un dispositif à la maison ou d'avoir une pompe juste à côté de chez soi ou sur son trajet quotidien, ce sera difficilement tenable.

Note sur la réalisation du test

Les tests que nous effectuons sont le fruit d'un choix rédactionnel indépendant. Ils ne sont pas proposés par les marques et ne font l'objet d'aucun partenariat ou sponsoring de nature publicitaire.

Vos commentaires