En ce moment
 
 

Les concessionnaires de voitures de luxe se frottent les mains: les ventes se portent à merveille

Les ventes de voitures de luxe sont en plein boom en Belgique. Certaines marques ont vendu autant sur les six premiers mois de l'année 2016 que sur l'ensemble de 2015. Mélanie Renda et Nathan Gerlache ont cherché à comprendre pourquoi le secteur progresse autant.

S'il existe un secteur dans lequel les vendeurs se frottent les mains, c'est bien celui des véhicules de luxe. Ferrari, Porsche, Bentley ou Rolls Royce. En six mois, tous affichent des ventes presque supérieures à l'entièreté de l'année 2015.
 
Chez Rolls Royce, onze véhicules ont déjà été vendus lors des six premiers mois de 2016, contre neuf pour l'année 2015. "C'est vrai qu'il y a eu une amélioration. Ça se voit aussi aux ventes et au comportement du client, il a plus de confiance pour acheter des grandes voitures de luxe", explique Sofie Verheyden, porte-parole de Rolls Royce.

Pour les concessionnaires il y a deux explications: les taux d'intérêt des banques très bas et le développement de nouveaux modèles. Des arguments qui poussent les riches conducteurs à débourser d'importantes sommes d'argent. "Chez nous les prix commencent à environ 280.000 euros jusqu'à peut-être 500.000 euros", précise la porte-parole de Rolls Royce.

Les "meilleurs" clients viendraient du nord du pays, une clientèle de plus en plus jeune qui semble vouloir investir dans des biens de luxe. "Pour eux on crée d'autres voitures, les lignes sont plus souples, plus modernes et plus dynamiques", explique Sofie Verheyden.

Vos commentaires