En ce moment
 

Souriantes, avenantes, bien habillées... qui sont les personnes engagées pour vous accueillir au salon de l'auto?

Souriantes, avenantes, bien habillées... qui sont les personnes engagées pour vous accueillir au salon de l'auto?

Ils et elles vous accueillent avec un large sourire chaque jour durant le salon de l'auto, qui s'ouvre au grand public ce vendredi à Bruxelles. Tantôt placés à côté des modèles phares des marques automobiles, tantôt de garde derrière leurs balcons, ils sont chargés de vous attirer vers les citadines, berlines, coupés ou les SUV à la mode. Mais qui sont ces employés qui composent le personnel d'accueil du salon de l'auto? Nous avons pu parcourir les allées du Brussels Expo en avance et recueillir les explications de quelques marques.


Des groupes reçoivent les ultimes conseils avant la grande ouverture

Pour la journée presse organisée ce mercredi, la plupart des marques automobiles et de moto ont déjà disposé leurs modèles rutilants aux endroits-clés des palais pour attirer le regard des journalistes. Mais tout n'est pas complètement en place, et quelques réglages sont encore à l'ordre du jour.
 
Chez un célèbre constructeur allemand, nous observons un groupe de personnes, plutôt jeunes de prime abord, suivre de près un spécialiste de la marque. Les oreilles sont grandes ouvertes. Ils boivent littéralement les paroles de l'expert. Non, il ne s'agit pas de fans du constructeur, mais bien des hôtes et hôtesses d'accueil qui reçoivent les dernières instructions avant le jour J.

Il y a même des hôtesses de l'air

Dès ce vendredi, si vous vous rendez au salon de l'auto, vous ne les raterez pas. Ils seront stratégiquement positionnés dans les stands pour vous sourire, vous dire bonjour, et ensuite vous proposer leur aide. Pour remplir ce rôle d'"informant", c'est le nom que porte cette fonction, les hôtes et hôtesses ont suivi tout un parcours. Nous avons tenté d'aborder l'un des conseillers d'une marque allemande premium. "Nous avons eu une formation, quelques jours...", confie-t-il furtivement, avant de couper court. "Pour plus d'explications, je vous invite à voir avec le porte-parole", ajoute-t-il avec un sourire. Certainement briefé par sa hiérarchie, il n'en dira pas plus.

Nous avons donc poursuivi notre chemin, jusqu'à atteindre le stand d'un autre constructeur germanique, plus grand public celui-ci. "Pour notre part, nous sommes passé par des agences spécialisées dans l'événementiel. Elles ont lancé un appel à candidature et des prétendants ont postulé pour venir remplir ce rôle d'accueil durant le salon", nous confie une représentante de Volkswagen.

Chez le constructeur allemand, les profils des employés peuvent être très variables, même si l'on retrouve beaucoup de jeunes. "Il y a pas mal d'étudiants, mais aussi des personnes qui apprécient faire ce travail durant quelques jours, et qui se rendent disponibles à ces dates. Il y a même des hôtesses de l'air qui postulent!", précise l'attachée de presse de VW. "Nous ne faisons pas vraiment de sélection selon l'âge ou le sexe, car de toute façon nous avons une gamme assez large qui peut intéresser un public très varié", affirme-t-elle.


Des danseuses chez Suzuki

Chez Suzuki, il y a non seulement les "informants", mais aussi un groupe de quatre danseuses pour animer le stand. "Nous voulons donner une image fun et dynamique à notre marque. En proposant une chorégraphie toutes les heures avec de beaux costumes, nous voulons mettre de l'ambiance et attirer les regards", explique le porte-parole de la marque. "Nous sommes passés par une agence liégeoise qui travaille par exemple dans la mise en avant de produits ou dans l'animation de soirées. Les danseuses sont d'origine asiatique, ce qui correspond à notre slogan de 'Japan Deals', les meilleures affaires japonaises". Pour cette année, les animatrices du stand Suzuki sont déguisées en écolières à jupettes. Pour d'autres éditions, elles avaient été présentées en cowgirls ou en équipe de course automobile, toujours dans des tenues qui attirent l'oeil.

Pour autant, le marque dit ne pas jouer que sur l'image. "Chez nous, le client doit être accueilli comme un roi", affirme le porte-parole. "Nous sélectionnons donc nos informants sur base de leur capacité à entrer en contact avec les gens et leur compétences pour présenter nos produits. Nous ne les choisissons pas selon leur sexe ou leur âge", assure-t-il.


10 jours de travail avec des week-ends: le salaire peut être assez attractif

Tout comme chez Volkswagen et Suzuki, les "informants" de Ford ont répondu à l'appel d'une boîte d'événementiel. "Après quelques tests, les candidats sélectionnés sont formés durant plusieurs jours pour connaître notre marque, nos modèles, et pour pouvoir expliquer tout cela à nos clients potentiels", indique l'attaché de presse de la marque américaine.

Aux côtés des Mustang, Fiesta ou Focus, certains visages sont reconnaissables d'année en année. "Il y a des informants qui reviennent au fil des éditions. Je pense que le salaire peut être assez attractif", précise un représentant de la marque. Selon nos informations, le salaire horaire n'est pas forcément des plus élevés, mais l'accumulation de plusieurs jours de travail d'affilée, comprenant deux week-ends, peut vite faire grimper la rémunération.

Derrière ces bataillons d'hôtes et d'hôtesses, il y a évidemment les responsables des marques présents en deuxième ligne au cas où des clients voudraient encore plus de renseignements. Parmi ces employés des constructeurs, certains vont même directement en première ligne. C'est le cas de l'attaché de presse de Ford. "Un jour sur deux, j'accueille nos potentiels clients sur notre stand. C'est important d'être à leur contact, pour comprendre ce qu'ils veulent et quelles sont leurs préoccupations", confie-t-il. "Parfois nous avons aussi des demandes très particulières. Lors d'une édition précédente, je me rappelle avoir dû prendre un mètre et mesurer très précisément les dimensions de nos coffres car un client voulait voir dans quel véhicule il pourrait placer toute sa cargaison".


Des exceptions

Les grosses marques tendent à passer par un recrutement externe. La raison? Faire appel massivement à des employés maison risquerait de poser des problèmes d'horaire et de pénurie de travailleurs dans les concessions durant le salon. D'autant que chez certaines marques, le but n'est pas forcément de conclure la vente au Brussels Expo. "Chez VW, nous présentons les modèles au client et nous pouvons leur faire profiter de packages et d'offres spéciales, mais nous les renvoyons ensuite vers la concession Volkswagen de leur choix pour finaliser l'achat", précise l'attachée de presse.

Mais il y a des exceptions. Du côté de Tesla, le constructeur californien spécialisé dans les voitures électriques a préféré faire appel à ses forces internes pour accueillir le public. "Nos informants viennent de nos concessions en Belgique. Du coup ils n'ont pas besoin d'être formés vu qu'ils connaissent déjà parfaitement nos modèles et qu'ils sont habitués à rencontrer des clients potentiels", indique la porte-parole de la marque. Ici, cependant, le nombre de conseillers est beaucoup plus réduit que pour les marques aux chiffres de ventes les plus élevés. Du coup, ça pose moins de problèmes en matière de gestion des ressources humaines.

@David Fourmanois

Vos commentaires