En ce moment
 

"Ce qui m’inquiète, c’est que Mons devienne une ville fantôme !": le centre-ville montois se meurt-il?

COMMUNALES 2018

La vie est dure pour beaucoup de commerces du centre-ville montois. Qu’en est-il de leurs difficultés ? Sont-ils amenés à fermer les uns après les autres? Sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche", le débat est lancé.

L'image du centre-ville commercial de Mons s'est considérablement détériorée ces dernières années. Selon les autorités montoises, on y a constaté une diminution significative des commerces indépendants et du secteur Horeca ainsi qu'une inflation des commerces précaires. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène.

Pour John Beugnies, conseiller communal (PTB) à la Ville de Mons, tête de liste aux élections communales, la construction du complexe des Grands Près est l'une des principales causes. "Des gens me disent qu'ils préfèrent aller aux Grands Prés car c'est couvert, c'est chauffé. Ça a eu des conséquences pour le centre-ville", explique-t-il. 

Un avis partagé par Charlotte De Jaer, conseillère communale à la Ville de Mons, Chef de groupe Ecolo au conseil communal de Mons, tête de liste aux élections communales. "Ce qui m’inquiète c’est que notre ville devienne une ville fantôme.  Les solutions préconisées aujourd'hui n’ont pas fonctionné. On va faire venir une grande enseigne avec des vêtements faits par des enfants. Mais qu’est-ce qui nous prouve qu’elle va pas partir après ?", s'exclame-t-elle. 


"Il faut ouvrir en horaires décalés"

En août 2015, le magasin Media Markt situé dans le centre de Mons fermera avait fermé ses portes, 5 ans après son implantation. "La raison principale de la situation déficitaire est liée à la localisation dans le centre-ville de Mons et l'absence de parking à proximité", avait écrit la direction dans un communiqué. 

Savine Moucheron, Échevine (CDH) de la Ville de Mons, Conseillère communale, et chef de groupe de l’opposition, Députée wallonne et communautaire, tête de liste aux élections communales, rétorque. Selon elle, des solutions sont à l'étude. "Il faut ouvrir en horaires décalés. On est une ville touristique. On peut ouvrir le dimanche et en soirée", propose-t-elle. Le but: rendre le centre-ville montois à nouveau attractif.


La concurrence du commerce en ligne

Georges-Louis Bouchez, chef de file MR à la Ville de Mons - Délégué général du MR, tête de liste aux élections communales propose la mise en place de logements. "Il faut absolument remettre du logement, des gens sur le piétonnier. Avant, on faisait jusqu'à 80km pour venir dans le piétonnier de Mons. Maintenant, c'est moins de 10 km. Il faut donc densifier cette zone", explique-t-il.

Nicolas Martin, Premier Échevin (PS) de la Ville de Mons, tête de liste aux élections communales, souligne la concurrence du commerce en ligne. "C'est vrai dans toutes les villes. Il y a une vingtaines de commerce qui se sont installés dans le piétonnier depuis le début de l'année. Je pense qu'il faut poursuivre cette dynamique", insiste-t-il. 

Vos commentaires