En ce moment
 
 

"Cocktail national socialiste"... ces mots sont-ils un lapsus de Charles Michel? (vidéo)

En pleine campagne électorale, le PS et le MR s’invectivent par Congrès et interviews interposés: "bruits de bottes" et "rafles", "cocktail national socialiste"... Les partis vont-ils trop loin dans l’emploi des mots ? Où mènera cette escalade entre le PS et le MR ?

Lors d'un discours, Charles Michel a prononcé les mots "Cocktail national socialiste". Caroline Désir, Cheffe de groupe au Parlement bruxellois et candidate à la Chambre à Bruxelles (PS) trouve que c'est "excessivement gonflé de sa part de parler d'alliance PS - N-VA". "Pour rappel, c'est quand même le MR qui gouvernait avec la N-VA depuis 5 ans, le PS n'a jamais gouverné avec la N-VA. C'est aussi gonflé de se poser comme le garant de la stabilité de l'Etat", lance-t-elle. 

Pour Sophie Wilmes, Ministre du Budget, chargée de la Loterie Nationale et candidate à la Chambre à Bruxelles (MR), les mots "cocktail national socialiste" sont un lapsus. "On vous a fait la démonstration par la preuve en vous montrant les textes... Charles Michel a buté à un moment", explique-t-elle. "Depuis qu'on est dans ce gouvernement, "bruit de bottes" et "rafles", "collabos",... On a tout entendu. Donc je pense qu'on n'a pas de leçon à recevoir en termes de référence à des périodes très douteuses de notre histoire alors qu'à un moment une personne bute sur un mot", ajoute Sophie Wilmes.

"Quand le PS et la N-VA discutent ensemble, ils ne peuvent discuter que d'institutionnel, ils ne peuvent discuter que démantèlement du pays parce que c'est la seule chose qu'ils peuvent avoir en commun. Travailler ensemble sur des réformes socio-économiques qui relancent la Belgique, c'est impossible. Nous on l'a fait. On a travaillé avec la N-VA en mettant le communautaire de côté, en mettant l'institutionnel de côté pour travailler sur des réformes socio-économiques", dit la Ministre du Budget, chargée de la Loterie Nationale.

Vos commentaires