En ce moment
 
 

"L'image de Charleroi a été totalement écornée": le ministre wallons des Aéroports souhaite poursuivre l'investissement aéroportuaire

 
 

Cette semaine a été marquée par une grève d’une partie du personnel de la sécurité de l’aéroport de Charleroi. Jeudi, d’autres manifestants ont montré leur mécontentement en prélude de la manifestation du 9 mai. Les Wallons, font-ils "trop" grève ? Certains le pensent… Mais avec quel impact sur l’image de la Wallonie et en particulier pour Charleroi ? Les mouvements de grogne, pourraient-ils ternir une région en pleine expansion économique ? Adrien Dolimont (MR), ministre wallon du Budget, des Finances, des Aéroports et des Infrastructures sportives, est présent sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" pour en parler.

"Clairement, l'image a été totalement écornée. Dans votre reportage d'introduction, des personnes se plaignent et disent même ne plus prendre l'avion à Charleroi, c'est inquiétant sur le développement de cet outil important et de ce pôle emploi important pour la région Carolo. Clairement, ce qu'on doit faire, c'est soutenir le développement de l'aéroport et cadrer et favoriser la concertation pour éviter qu'in fine le blocage soit réalisé. On voit que ça a failli."

Pour la grève du personnel de la sécurité, Dolimont précise qu'un préavis de grève avait bien été déposé. "La direction a été à la rencontre des travailleurs pour discuter, mais les faits il n'y a pas eu d'écoute de part et d'autre. Donc on était à un blocage. J'ai voulu accélérer les choses, parce que l'image renvoyée par l'aéroport était complétement dramatique. Quand on voyait lundi et mardi ce qu'il se passait, on ne pouvait pas laisser passer ça. Je les ai convoqués au bureau et on a accéléré la discussion pour trouver une solution."

La solution est qu'il n'y aura pas de seconde société sur le marché. Les syndicats, auraient-ils donc obtenu satisfaction ? "C'est trop synthétique de dire cela. On a entendu les défauts en termes d'infrastructures. Mais ce qu'on a dit, c'est "Ok, dans l'état, on reste comme ça avec un lot" mais dans la perspective des investissements dans les infrastructures de sécurité, il y aura une ouverture vers un deuxième lot. Par contre, toujours avec des discussions avec les travailleurs. C'est comme cela que ça doit se passer pour le bon fonctionnement de l'aéroport. Dire qu'il y a eu gain de cause pour l'un ou pour l'autre, cela ne fait rien d'autre que de mettre de l'huile sur le feu."

Absentéisme, matériels pas à la hauteur,...

Pour Dolimont : 'Il y a des investissements qui sont prévus pour améliorer les infrastructures de sécurité et les conditions de travail. C'est vrai que la sucess-story de l'aéroport a été tellement importante que le développement de l'aéroport n'a pas forcément suivi à chaque fois. Mais on continue le développement aéroportuaire pour que Charleroi et Liège restent des fleurons industriels. On est exemplaire en la matière en termes de développement et de politique aéroportuaire. Même la Flandre nous envie. On doit garder cette avance et continuer à soutenir ce secteur."


 

Vos commentaires