"Mais vous vous moquez de qui, ici !?", Olivier Maingain s'emporte dans un débat sur le confédéralisme

Depuis mardi, nous n’avons plus de gouvernement. Cette semaine, Geert Bourgeois (N-VA) a déclaré que "la Flandre avait tout pour rejoindre le top européen. Nous allons jouer la carte du confédéralisme à fond". Alors, vogue-t-on de plus en plus vers le confédéralisme? La question a été posée aux invités de notre émission dominicale "C’est pas tous les jours dimanche".

Hilde Roosens, directrice du Mouvement populaire flamand – VVB, indique: "Le mouvement flamand va vers l’indépendance, pas vers le confédéralisme. Mais nous ne pouvons pas faire de confédéralisme sans indépendance. Tout vaut mieux que rien. Nous constatons des personnes pour qui la pauvreté augmente, elle atteint aussi les classes moyennes petit à petit".

Tous ces courants nationalistes sont des courants d’égoïsme

Olivier Maingain, président de DéFi, présent sur le plateau n’a pas tardé à réagir: "Donc, c’est le confédéralisme ou l’indépendance de la Flandre qui va lutter contre la précarité? Mais vous vous moquez de qui, ici? Je veux bien entendre tous les arguments, mais cessez de ridiculiser les gens vraiment confrontés à ce problème". Olivier Maingain est revenu plus longuement sur le confédéralisme: "C’est un choix de l’égoïsme. Ce sont tous ceux qui veulent rompre les solidarités qui veulent l’indépendance en Europe. Ce sont tous ceux qui ne veulent plus assumer les obligations de partage de prospérité. Ce n’est pas pour rien que la Catalogne le veut, que le Nord de l’Italie le souhaite. Tous ces courants nationalistes sont des courants d’égoïsme. Tous ces partis sont anti-européens en même temps". Et d'ajouter: "Je rappelle qu'il y a eu une solidarité de la Wallonie avec la Flandre pendant toute une époque de la vie de la Belgique. Quand la Wallonie était prospère, elle a largement aidé la Flandre à son développement".

Frédéric Daerden, député fédéral et bourgmestre de Herstal (PS), également sur le plateau, a réagi à la thématique: "Le PS dit clairement non au confédéralisme. On a besoin d’un État fédéral qui joue son rôle et notamment avec un ciment important pour la Belgique et pour les citoyens belges qu’est la sécurité sociale".

Vos commentaires