En ce moment
 
 

"Un enfant et un chien sont en danger de mort, lequel allez-vous sauver?" La réponse étonnante de Victoria Austraet de DierAnimal (vidéo)

DierAnimal vient d’obtenir une élue au parlement bruxellois, c’est une première en Belgique. Le parti animaliste, apparu l’an dernier, a séduit 1,32% des électeurs francophones bruxellois. Ce score modeste propulse tout de même leur tête de liste au coeur de l’hémicycle. Victoria Austraet, députée bruxelloise élue - DierAnimal, était invitée sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche.

DierAnimal souhaite que les caméras de l'abattoir d'Anderlecht soient en permanence accessibles aux citoyens. "C'est un peu gore non comme truc?", a demandé Christophe Deborsu à Victoria Austraet, députée bruxelloise élue - DierAnimal.

"On veut que les gens sachent exactement pourquoi ils paient et ce qu'ils achètent. Je trouve que ce n'est pas normal que ce soit caché à ce point-là. Chaque fois qu'on achète quelque chose, c'est un acte politique d'une certaine manière et on doit le faire de manière éclairée. Donc en sachant tous les tenants et les aboutissants", a répondu Victoria Austraet.

Le parti animaliste souhaite la création d'une police pour punir la maltraitance animale avec au moins deux agents à temps plein dans chaque commune. Or, il manque déjà 3000 policiers. Mais selon Victoria Austraet, les agents "seraient ravis" de s'occuper de ce problème. "Nous avons discuté avec des policiers (...) C'est une idée qui plaît en général aux policiers car ils trouvent aussi que la maltraitance animale n'est pas réglée de manière rapide et efficace", a-t-elle précisé.


"J'ai été un peu choquée"

Christophe Deborsu a demandé à la membre de DierAnimal ce qu'elle ferait si un enfant et un chien étaient en danger sur une route très fréquentée. Lequel des deux sauverait-elle en premier?, a-t-il voulu savoir. Victoria Austraet a répondu qu'elle ne savait pas, car elle donnait la même importance aux deux. "Vous ne faites pas de priorité entre l'enfant et le chien?", a insisté le journaliste. "Non", a-t-elle rétorqué. 

Quelques instants plus tard, Indra De Witte rédactrice en chef du journal Het Belang Van Limburg, est revenue sur les déclarations de Victoria Austraet. "J'ai été un peu choquée lorsque vous avez dit que choisir entre un chien et un enfant et vous dites "pour moi, c'est la même chose". Mais en même temps, vous dites que tuer un moustique ça va, donc c'est un peu hypocrite pour moi", a réagi Indra De Witte.

"On ne va pas condamner quelqu'un qui tue un moustique (...) Mais moi personnellement, je ne vais jamais tuer un moustique (...) Chaque vie est importante", a précisé la députée bruxelloise.


"La société est en train d'évoluer
"

Le parti animaliste souhaite aussi que tous les restaurants proposent un plat végétalien. Christophe Giltay lui a dit ce qu'il en pensait... "Vous ne croyez pas que plutôt que de chercher à l'imposer, c'est la société qui, dans son évolution, l'impose. Parce que moi quand j'étais gamin, il n'y avait pas de menu végétarien dans les restaurants et progressivement, on en voit... Alors évidemment pas partout (...) Et puis les gens quand ils vont au restaurant, ils choisissent le restaurant. Donc moi si j'étais végétalien, j'irais dans un restaurant où je sais qu'il y a des produits végétaliens (...) Vous ne croyez pas que le fait "d'imposer" c'est peut-être quelque chose d'excessif par rapport à une évolution de la société", lui a demandé le journaliste.

"C'est vrai que la société est en train d'évoluer et ça devient beaucoup plus simple pour les végétariens et les végétaliens de manger en ville. Je pense que ça se fera naturellement et qu'il n'y aura peut-être même pas besoin d'imposer quoique ce soit", a reconnu la députée bruxelloise.

Vos commentaires