En ce moment
 
 

À Liège, "C'est vraiment une élection compliquée pour le PS", estime cette spécialiste

Dans l'émission 'C'est pas tous les jours dimanche' spéciale élections, la journaliste d'investigation Mélanie Geelkens, a jugée "très compliquée" cette élection pour le PS liégeois.

Mélanie Geelkens, journaliste d'investigation au magazine Le Vif, et qui habite en région liégeoise était en direct des bureaux de vote de Liège dans C'est pas tous les jours dimanche. Christophe Deborsu lui a demandé si le PS était en mode "remontada" étant donné qu'en 2014, au niveau wallon, le parti avait récolté un peu plus de 32% des voix. Le dernier grand baromètre donne le chiffre de 28,5%.

"C'est vraiment une élection compliquée pour le parti socialiste, a estimé Mélanie Geelkens. C'est très subjectif mais on n'a pas vu, dans les rues, d'affiches du PS collées partout comme ça pouvait être le cas aux communales. Donc je pense que c'est vraiment très compliqué, qu'ils ont vraiment fait une campagne de terrain, avec notamment Jean-Claude Marcourt qui était vraiment sur tous les fronts, et Frédéric Daerden aussi. Ils étaient vraiment à chaque événement possible donc je pense qu'ils ont vraiment misé beaucoup beaucoup sur  le terrain et c'est sans doute le signe que ce sera sans doute très compliqué pour eux et qu'ils voient ça avec une certaine appréhension sans doute."

L'absence du bourgmestre Willy Demeyer comme candidat, est-ce un handicap pour le PS liégeois ?, lui a ensuite demandé Christophe Deborsu. La réponse est oui pour Mélanie Geelkens. "Je pense que oui parce que c'est quelqu'un de très populaire, notamment auprès des militants. Jean-Claude Marcourt a peut-être moins ce profil, avec un profil un peu plus, si je peux le dire comme ça, gauche caviar."

Elle note aussi l'absence sur les listes d'Alain Mathot, autre figure populaire du PS à Liège, mais Frédéric Daerden a "beaucoup à prouver", selon elle, d'autant plus que c'est la première fois qu'il est tête de liste.

Vos commentaires