En ce moment
 
 

Covid-19: Alexander De Croo justifie les mesures pour lutter contre le coronavirus

 
CORONAVIRUS
 

Seize mois après les élections, la Belgique a un nouveau Premier ministre, Alexander De Croo, un libéral flamand à la tête d'une coalition de sept partis, reléguant dans l'opposition les nationalistes majoritaires en Flandre. Alexandrer De Croo était l'invité de Pascal Vrebos ce dimanche 11 octobre. Il est revenu sur ses premiers jours en tant que Premier. "Je pense que je n'ai pas encore pris le temps de réaliser. C'est une fonction où l'on fait ce qui est nécessaire et puis on jugera après", a-t-il indiqué. Avant d'ajouter: "Ma motivation a toujours été : on est capables de plus de choses dans ce pays. On a tellement de talents et d'atouts". 

À l'heure actuelle, le principal chantier du Premier ministre est évidemment la gestion de la crise du coronavirus. Le gouvernement à peine en place, il a fallu prendre de nouvelles mesures afin de tenter d'endiguer l'épidémie au sein de notre pays. "La règle numéro 1 est d'utiliser son bon sens. On sait très bien qu'il faut limiter au maximum les contacts sociaux. Ce n'est pas amusant, on en a tous un peu assez. Après cela, on a présenté des règles faciles à comprendre (inviter 4 personnes à la maison, 4 au café ou à l'extérieur. On a tous des personnes que l'on connaît qui sont très vulnérables. C'est notre comportement qui définit si ces personnes auront de graves problèmes de santé ou pas. Protégeons nous-mêmes et surtout protégeons les gens vulnérables", insiste-t-il.

On ne veut pas que des écoles et entreprises doivent de nouveau fermer

Pour rappel, les cafés et les bars ont fermé jeudi matin dans l'ensemble de la région de Bruxelles. Dans tout le pays, ils doivent fermer au plus tard à 23h. Certains s'offusquent que face à cela, les transports en commun continuent d'accueillir de nombreuses personnes qui se retrouvent parfois très proches. Alexander De Croo a rappelé que dans ces transports, le port du masque est obligatoire et "bien respecté". "On essaie d'avoir plus de capacité. On ne veut pas que des écoles et entreprises doivent de nouveau fermer. On fera tous pour garder ces deux balises dans notre société", affirme-t-il.

Environ 35.000 tests sont réalisés par jours "et on va faire plus", assure le Premier ministre. "Je comprends que le personnel médical est sous une pression énorme. On a dégagé des budgets additionnels. On demande des choses exceptionnelles aux gens qui travaillent dans les soins, dans la logistique. Nous aussi, d'un point de vue politique, devons faire des choses exceptionnelles et passer au-delà de nos opinions. Ce gouvernement-ci veut, au lieu d'accentuer les différences (entre les partis ndlr), trouver les choses en commun pour faire fonctionner le pays et protéger notre population", souffle-t-il. 

Je comprends que les gens soient sceptiques

Alexander de Croo garde en tête des objectifs pour "faire fonctionner" la Belgique. Objectifs qu'il va falloir atteindre en mettant en place un réel programme politique. "Personne n'a voté pour l'ingouvernabilité. Tout le monde veut que ce pays soit gouverné. Il y a deux grands éléments: faire le virage vers une société et une économie plus durables. Deuxièmement, c'est le virage vers une société plus numérique pour tout le monde", a-t-il insisté. 

Après une longue période sans gouvernement, le Premier ministre estime qu'il est essentiel de restaurer une certaine confiance avec la population. "Je comprends que les gens soient sceptiques. Les attentes des gens aujourd'hui sont: la protection d'un point de vue médical, la protection de l'emploi et des entreprises. Pour l'instant, ce que l'on doit faire est très clair", a-t-il affirmé. 

 




 

Vos commentaires