En ce moment
 
 

Bandeau noir sur la sculpture géante de Jan Fabre à Namur: la ville pourrait faire marche arrière en cas de poursuites (vidéo)

 
 

La ville de Namur, qui accueille la sculpture monumentale "Searching for Utopia" de l'artiste Jan Fabre, a récemment décidé d'alerter le public sur sa condamnation en y plaçant un bandeau noir. Pour rappel, Jan Fabre, figure majeure de l'art contemporain, a été condamné le 29 avril par le tribunal correctionnel d'Anvers à 18 mois de prison avec sursis, notamment pour "attentat à la pudeur".

Invité sur le plateau de l'émission C'est pas tous les jours dimanche, le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot, a révélé que si l'artiste Jan Fabre contestait cette mesure en justice via une mise en demeure, la ville ferait marche arrière. "Si nous devions recevoir une mise en demeure en tant que pouvoirs publics, nous serions exemplaires et nous veillerions à ne pas commettre d'acte illégal", a assuré Maxime Prévot.

En effet, bien qu'elle ait été achetée par la ville de Namur, l'œuvre d'art est protégée par des droits moraux que conserve l'artiste. Autrement dit, les acquéreurs n'ont pas la liberté de faire ce qu'ils veulent de celle-ci. Et Jan Fabre pourrait, s'il le souhaitait porter plainte contre la ville de Namur et exiger que son œuvre soit replacée dans son état originel. "Beaucoup de citoyens ignorent qu'il ne suffit pas d'avoir acheté une œuvre pour pouvoir en faire ce que l'on veut", rappelle le bourgmestre qui est obligé de respecter les droits moraux de l'artiste qui concernent notamment "le lieu d'implantation de l'œuvre et l'orientation dans laquelle elle est placée". "On ne pourrait pas par exemple décider unilatéralement de retirer Jan Fabre qui chevauche la tortue ou décider de la déboulonner pour la mettre ailleurs", rappelle Maxime Prévot.


 

Vos commentaires