En ce moment
 

Cet avocat bruxellois s’oppose au changement de genre: "A-t-on bien réfléchi à toutes les conséquences?"

Bo Van Spilbeeck est devenue la première "Flamande connue" transgenre. Une transformation qui n’est pas passée inaperçue. La journaliste estime même qu’il lui était impossible de faire cela discrètement. Elle espère d’ailleurs que sa transition pourra aider des personnes dans la même situation qu’elle. Elle était en duplex sur le plateau de "C’est pas toujours les jours dimanche".

Depuis le 24 mai 2017, il est plus facile pour une personne de changer de genre en Belgique. Auparavant, la loi prévoyait d’importantes conditions médicales ainsi qu’une stérilisation obligatoire. À présent, la personne désireuse de changer de genre doit s’adresser à un officier de l’état civil en lui remettant une déclaration signalant qu’elle a la conviction, depuis un certain temps, que le sexe répertorié dans son acte de naissance ne correspond pas à son identité de genre vécue intimement. L’avocat Fernand Keuleneer souligne que cela représente un changement dans notre droit et notre culture, et en cela, il s’y oppose.

"Je souhaite à chacun et chacune son bonheur personnel. Ce que je trouve un peu dommage, c’est la médiatisation de quelque chose qui appartient à un domaine très personnel, explique-t-il sur le plateau de "C’est pas tous les jours dimanche". Le changement de genre a toujours existé, mais il faut le voir dans un contexte. Est-ce qu’on a bien réfléchi à toutes les conséquences par rapport aux droits de la filiation, aux droits de la parenté ? Par exemple, un homme devient femme et conçoit un enfant. Selon la loi, cette femme reste le père de l’enfant. On appelle cette femme "père". L’étape prochaine, c’est qu’on va supprimer dans notre loi de filiation toute notion de filiation paternelle et maternelle. C’est un problème parce que la structure de notre loi de filiation trouve ses origines dans le droit romain. Ca va au cœur même de notre culture…"


"Heureuse et contente de l'effet"

Selon l’avocat, il y aurait une "campagne" pour le changement de genre, qui inciterait les jeunes à changer plus facilement de sexe. Fernand Keuleneer n’a pas souhaité s’exprimer face à Bo Van Spilbeeck, qui se trouvait en duplex depuis les bureaux de VTM. Après son départ du plateau, la journaliste a donc pu lui répondre. "Disons que moi, je pensais que ce serait plus difficile comme personne connue à la TV de m’expliquer et finalement, ça a semblé plus facile. Je sais que beaucoup de personnes ont le même sentiment, se sentent mal dans leur corps, et c’est très souvent difficile. Si on travaille, par exemple, dans le bâtiment, en usine, il faut avoir du courage, si on se sent femme et qu’on est dans un milieu très macho ou très viril. Ou le contraire pour les femmes qui veulent devenir homme. Ça pourrait peut-être les aider et c’est pour ça que je suis tellement heureuse, tellement contente que ça a déjà eu un effet. Il y a déjà des personnes qui ont annoncé qu’elles allaient faire une transition également."

Vos commentaires