En ce moment
 
 

D’où vient le coronavirus, la thèse de la fuite d’un labo est-elle crédible?

 
CORONAVIRUS
 

L’arrivée du coronavirus dans nos vies est-elle la conséquence d’un accident? Selon le très sérieux Wall Street Journal, plusieurs laborantins de Wuhan ont été hospitalisés en novembre 2019, peu avant la flambée de l’épidémie en Chine. 

Cela pourrait-il signifier que tout a commencé par un problème dans le laboratoire du célèbre Institut de Virologie de Wuhan? Il étudie depuis 10 ans les coronavirus de toutes sortes.

Benoît Muylkens, virologue à l’Université de Namur, s'est exprimé dans "C'est pas tous les jours dimanche". Il explique que les autres hypothèses sont que ce virus est dans la nature et qu'il peut avoir subi "deux sauts". "Soit de la chauve-souris vers l'humain, soit la chauve-souris est passée par un autre intermédiaire, un mammifère, avant de passer vers l'humain. C'est une des trois hypothèses à l'étude", détaille le virologue.

Benoît Muylkens précise cependant qu'aujourd'hui, nous n'avons pas d'éléments tangibles pour nous faire pencher en faveur d'une des trois hypothèses qui sont la contamination de laboratoire (donc la fuite), l'origine d'une contamination d'un humain au contact d'une chauve-souris ou d'un humain au contact d'un mammifère.

Pour José Ignacio Halloy, professeur de physique à l’Université de Paris, la contamination des laborantins pourrait être causée par une fuite du virus. "Les accidents dans ce type de laboratoires d'expérimentation sur les virus, c'est courant en fait. Des accidents peuvent se produire et parfois des fuites se produisent. Donc c'est un risque qu'il faut considérer, qu'il faut assumer et évidemment limiter. Mais ce n'est pas étonnant qu'il puisse y avoir ce type d'accidents", précise le professeur.

"Une coïncidence qu'on ne peut pas négliger"

José Ignacio Halloy et d'autres scientifiques demandent même une enquête poussée sur l'origine du coronavirus. Mais le professeur ajoute qu'il n'y a "aucune preuve" qu'il s'agisse d'une fuite de laboratoire, mais il y a "une coïncidence extraordinaire". "Le foyer principal de l'épidémie se trouve à Wuhan, dans la ville où il y a un centre de virologie spécialisé sur ces virus et qui passe ses recherches à aller chercher des virus de chauves-souris à 1.500 km", ajoute-t-il. Selon lui, il y a là une "coïncidence" qu'on ne peut pas négliger.

Il explique que le problème est que nous dépendons complètement des scientifiques chinois pour avoir les informations. "Pour le moment, on est sûr que c'est un virus de chauve-souris. Mais ce que nous ne savons pas, c'est comment il est passé des chauves-souris aux humains". Le professeur raconte que "certains virologues prennent des virus sauvages, animaux et testent pour voir comment on peut les adapter aux humains". Il précise que certains virologues les cultivent sur des cellules humaines.

José Ignacio Halloy ajoute qu'ils peuvent éventuellement les cultiver sur des souris qui ont été humanisées. "Par exemple, il existe des souches de souris qui possèdent le récepteur S2 humain. L'idée de ces scientifiques est que pour anticiper l'épidémie, il faut estimer comment ces virus peuvent passer aux humains" et essayer d'anticiper quel type de vaccins il faudrait fabriquer. Pour l'expert, certaines de ces expériences peuvent très bien créer un virus infectieux pour les humains. 


 

 




 

Vos commentaires