En ce moment
 

Fabien, père d'une petite fille avec son mari, blessé par le formulaire père et mère: "On ne rentre pas dans la bonne case"

Caroline Lhoir, échevine Ecolo de Woluwe-Saint-Pierre, en région bruxelloise, a décidé de remplacer des formulaires d’inscription liés à la petite enfance. Au lieu de demander des renseignements sur “le père” et “la mère”, il sera maintenant question de “Parent 1” et “Parent 2”. Etienne Dujardin, conseiller communal à Woluwe-Saint-Pierre - MR et Fabien Gaudry, père d'une petite fille, ont donné leur avis sur la question.

A Woluwe-Saint-Pierre, l'échevine de la petite enfance et des crèches Caroline Lhoir (Ecolo) veut modifier le formulaire d'inscription dans les crèches. A la place des renseignements sur le père et la mère, il devrait être désormais question de parent 1 et de parent 2. L’échevine précise: "Maintenant, on s’adresse à tous les parents, ça permet simplement d’éviter une discrimination auprès de certaines familles qui ne se reconnaissaient pas dans ce formulaire et d’être accueillant pour tous".

Etienne Dujardin, conseiller communal à Woluwe-Saint-Pierre - MR, est contre le formulaire parent 1 et parent 2. Il donne ses raisons. "Depuis mercredi, je n'ai pas entendu une seule personne qui était favorable avec ce choix. Je pense que cela pose deux problèmes... Des problèmes de forme et de fond. Cela pose un problème de hiérarchisation qui se crée entre le parent 1 et le parent 2 (...) Dans un couple on est tous égaux. Il n'y a pas de 1 ou de 2 entre moi et mon épouse, et même dans un couple homosexuel, il n'y a pas de 1 ou de 2... On est tous égaux", explique-t-il.

"Deuxième chose, je pense qu'il y a différents types de familles. Il y a des familles qui sont élevées par des femmes célibataires, par des parents, par des parrains, par des grands-parents. Parent 1 et parent 2 n'est pas suffisant si on veut rassembler l'ensemble des familles (...) On peut avoir d'autres solutions comme père, mère, tuteur légal, représentant légal ou autre. Mais il n'y a pas besoin de gommer la notion de père et de mère qui est une notion quand même appréciée par beaucoup de gens", affirme-t-il. "On peut s'adapter à l'ensemble des modèles familiaux, mais je pense qu'il faut aussi respecter les gens qui veulent continuer à se faire appeler père et mère", ajoute Etienne Dujardin.


"Les mots ne sont pas innocents"

Fabien Gaudry est père d'une petite fille. Pour son mari et lui, remplir le formulaire père et mère est assez "blessant quand on ne rentre pas dans la bonne case". Ce dernier barrait tout simplement la notion "mère" pour la remplacer par père et père qui correspond à son couple. Mais cette initiative n'est pas toujours acceptée. "On a eu un problème avec notre demande de crèche où effectivement la notion barrée n'a pas été reprise et donc notre dossier a mis beaucoup plus de temps à aboutir", confie-t-il. À ses yeux, ne pas entrer dans la bonne case veut dire "que sa famille n'est pas acceptée". "Les mots ne sont pas innocents. Mais je ne suis pas du tout d'accord avec parent 1 et parent 2 car ce n'est pas un parent premier et un second, ce n'est pas une hiérarchie", précise le père de famille.

Vos commentaires