Georges Dallemagne s'exprime sur l'affaire des visas humanitaires: "Kucam sait où il y a des gens qui ont les moyens de payer ces visas"

L’affaire a éclaté cette semaine... Melikan Kucam, un conseiller communal N-VA de Malines, est actuellement en prison. Il aurait demandé jusqu’à 14.000 euros à des candidats réfugiés chrétiens pour leur procurer un visa humanitaire. Georges Dallemagne, Député fédéral (cdH), a révélé un document important venant de l'Union Syriaque en Europe jeudi au Parlement.

Melikan Kucam, un conseiller communal N-VA de Malines, aurait fait payer jusqu'à 14.000 euros à des candidats réfugiés chrétiens pour leur procurer un visa humanitaire. On parle de 208 visas humanitaires délivrés dans ces conditions. L’ex-secrétaire d’état Theo Francken, mis au courant, n'avait pas prévenu la justice. Son audition est réclamée par des députés d'autres partis voulant connaître la manière dont lui et son cabinet géraient les dossiers de visas humanitaires de chrétiens de Syrie réfugiés en Belgique.

Selon les chiffres de l'Office des étrangers, 600 personnes sont arrivées en Belgique par ce biais, dont 200 par l'intermédiaire de Melikan Kucam, un conseiller communal N-VA de Malines ciblé par une enquête judiciaire pour trafic d'êtres humains. M. Francken rappelle aussi qu'une instruction judiciaire est en cours, mais il se dit prêt à venir s'expliquer à la Chambre. 

Theo Francken affirme avoir entendu les premières rumeurs concernant Melikan Kucam en octobre. "Mais cela me semblait si improbable, d'autant que c'était 'via via'. J'ai dit alors (à son interlocuteur) d'aller en parler à la police. C'est toujours ce que je fais quand j'entends des rumeurs, même si je n'y crois pas vraiment".

Melikan Kucam aurait été mandaté par le cabinet Francken pour fournir des listes de chrétiens en danger en Syrie et en Irak. Ces personnes recevaient alors un visa humanitaire du secrétaire d'état. Sauf que monsieur Kucam aurait réclamé de l'argent en échange... Entre 2000 et 14.000 euros alors que les coûts administratifs de ce document s'élèvent à 350 euros. Mais ce dernier nie les faits. "Monsieur Kucam n'a jamais demandé de l'argent (...) Il dit très clairement qu'un visa humanitaire coûte 350 euros pièce. Donc une famille avec deux enfants majeurs, c'est 1400 euros", a expliqué Frank Coel, avocat de Melikan Kucam.


"C'est un système qui me parait extrêmement choquant"

Georges Dallemagne, Député fédéral (cdH), a révélé un document important venant de l'Union Syriaque en Europe jeudi au Parlement. Ce document alertait le monde politique dès octobre 2018. "C'est une communauté que je connais bien (...) J'ai été plusieurs fois à la rencontre des chrétiens d'Orient (...) Un représentant a alerté (...) qu'il y avait un problème en Belgique (...) On parle d'un gang, on parle d'un lien avec un député belge. J'ai demandé de qui il s'agissait et la communauté nous dit: c'était Theo Francken (...) Il y a des montants qui sont indiqués", a détaillé Georges Dallemagne.

"C'est un système qui, moi, me parait extrêmement choquant (...) Les personnes qui ont encore les moyens, c'est ceux-là que monsieur Kucam va chercher. Il va les démarcher en Syrie. Il leur téléphone, car il sait encore dans quelles villes et dans quels villages il y a encore des gens qui ont les moyens de payer ces visas", a lancé le député fédéral.


"Il faut être prudent"

"Que ce soit des informations ou des rumeurs, je pense qu'il aurait sans doute été mieux inspiré de porter ce qu'il avait appris au-delà de son cabinet (...) Je me pose beaucoup de questions sur la manière dont le dossier a été géré au sein de cabinet", a précisé Philippe Pivin, Député fédéral (MR). "Je crois qu'il faut être prudent. On doit attendre d'avoir des réponses. Il faut laisser l'enquête se dérouler", a-t-il ajouté.

Vos commentaires