En ce moment
 
 

Les voyages autorisés plus tôt que prévu, avant les vacances de Pâques?

 
CORONAVIRUS
 

Annelies Verlinden (CD&V) était l'invitée de l'émission C'est pas tous les jours dimanche sur RTL TVI. En direct, la ministre a été interrogée par Joëlle par visioconférence. La Liégeoise de 53 ans a récemment acheté une maison de campagne en Haute-Marne, en France.

"J'ai acheté la maison en décembre. Je n'ai pas eu l'occasion de faire connaissance avec mes voisins. La maison est comme ça, abandonnée. Personne ne la surveille. Personne ne sait me dire si elle est sécurisée, c'est délicat", a confié Joëlle.

Alors, quand pourra-t-on rouvrir frontières pour permettre aux Belges d'effectuer des voyages considérés comme "non essentiels"? Beaucoup espéraient un retour à la normale le 1er avril, juste avant les vacances de Pâques. La date du 18 avril a finalement été choisie par les autorités. "On se rend compte que la situation est encore très délicate. On est sur un plateau qui est encore trop élevé", a indiqué Annelies Verlinden.

Si on voit au comité de concertation du 26 mars que la situation est améliorée, on pourrait peut-être décider de rouvrir

D'après la ministre, les autorités choisissent d'autoriser les Belges à se rassembler davantage en extérieur afin de mieux supporter la crise. "Voyager à l'extérieur pour des raisons touristiques, c'est encore trop dangereux. On se rend compte que c'est difficile pour des gens comme madame. Mais c'est trop difficile parce qu'on ne peut pas non plus contrôler les mesures en vigueur à l'étranger. L'horeca peut par exemple être ouvert là-bas alors qu'on considère que c'est trop dangereux pour la Belgique", a précisé la ministre.

D'après l'élue du CD&V, les chrétiens-démocrates flamands, ces raisons ont poussé le comité de concertation à prolonger l'interdiction de voyage. "Mais on suit de très près. Si on voit au comité de concertation du 26 mars que la situation est améliorée, on pourrait peut-être décider de rouvrir les frontières", a-t-elle ajouté.

Cet assouplissement aux frontières pourrait-il survenir avant le 18 avril si la situation le permet? "Oui, mais je ne vais pas donner de faux espoirs. C'est moins de risque si on dit maintenant que c'est jusqu'au 18 avril, comme ça on peut encore le rouvrir un peu plus tôt", a réagit la ministre, selon laquelle faire l'inverse aurait été plus difficile pour la population.

 




 

Vos commentaires