En ce moment
 
 

Liège face à un boom des hospitalisations pour coronavirus: "La Cité ardente porte bien son nom, on relâche un peu trop"

 
 

Liège connait actuellement une recrudescence des hospitalisations dues au Covid. Les chiffres de vaccination sont plutôt bons en Wallonie, sauf dans certaines villes comme Liège ou Charleroi. Faudrait-il prendre des mesures selon les communes ?

La ville de Liège compte 70,3% de vaccinés deux doses chez les plus de 18 ans, 71,1% à Charleroi, contre 79% en Wallonie. Des chiffres qui ne suffisent pas, puisque Liège connaît un boom des hospitalisations. "Ça remonte depuis un certain temps, explique Antoine Gruselin, porte-parole du CHR Citadelle à Liège. Depuis le 1er septembre, on est repassé en phase 1A. On était le premier hôpital à le faire puisqu'on commençait à coincer au niveau des soins intensifs."

Le porte-parole tient à passer un message qu'il juge important sur le plateau. "On ne le dit pas assez, mais lorsque j'ai un patient Covid aux soins intensifs, cela va bloquer un lit pour quelqu'un qui aurait, par exemple, une intervention très lourde et qui doit simplement repasser aux soins intensifs après, sans avoir le Covid. C'est pour ça aujourd'hui qu'on dit que la tension est dans les soins intensifs. On est bien au-delà du débat du Covid et c'est ce qu'on veut faire comprendre aux gens."

"On relâche un peu trop"

Actuellement, le CHR compte 9 personnes aux soins intensifs sur 29 patients Covid. "L'important est de dire que les 9 ont entre 40 et 60 ans, très peu de comorbidités et en majorité non-vaccinés." Antoine Gruselin craint le même schéma qu'en 2020. "Il y a un an, on était à des chiffres qui était 30% plus bas que ceux-ci. On était à 18 pour 6 aux soins intensifs. Quatre à cinq semaines après, on était à 137 patients Covid. Ce qu'on ressent depuis quelques semaines, c'est cette petite brise que vous avez sur la plage avant le tsunami. Il y a un an, on a eu ce tsunami. Ce qu'on veut, c'est ne pas l'avoir. La digue qui va nous permettre de tenir le coup, c'est la vaccination. Je ne peux pas le dire autrement. Je ne veux pas diviser, mais il y a des faits scientifiques, des faits de médecins qui redisent que ça protège. Cela veut dire que les gestes barrière sont toujours d'actualité, mais la cité ardente porte bien son nom et on relâche un peu trop."

Pour Franck Vandenbroucke, vice-Premier ministre, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique (Vooruit), la situation à Liège est "vraiment préoccupante". "On voit une montée des contaminations alors que dans d'autres provinces, c'est plutôt stable. Cette montée des contaminations et des hospitalisations est vraiment préoccupante. La pression est très réelle sur une série d'hôpitaux donc je crois qu'il faut vraiment agir. Il faut maintenir les mesures, mais ce n'est pas suffisant." Selon lui, il y a "deux choses à faire dans cette situation: d'abord, reprendre la campagne de vaccination. Deuxièmement, je crois personnellement que face à une situation comme celle en province de Liège, il faut utiliser le Covid Safe Ticket. J'insiste aussi sur la ventilation dans les cafés, les restaurants, les salles de fitness et les écoles".


 




 

Vos commentaires