En ce moment
 
 

Philippe, infirmier, compte quitter la profession malgré son amour du métier

 
CORONAVIRUS
 

Tous les chiffres Covid indiquent que la situation sanitaire du pays ne fait que s'aggraver ces derniers jours. Les admissions à l'hôpital ont augmenté de 27% la semaine dernière par rapport à la semaine précédente.

Et les soignants, ceux qui luttent contre la maladie, tombent aussi malades. A l’hôpital de la Citadelle à Liège par exemple, on frise en ce moment les 15% d'absentéisme, une moyenne nettement supérieure à la norme. Pour le docteur Stéphane Degesve, chef de service aux urgences de cet hôpital, il n'est pas impossible que nous devions à nouveau faire des choix pour soigner les patients.

Autre problème, les soignants qui quittent la profession. Philippe Bonneels est infirmier. Il était invité sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche". Il a l'intention de quitter son métier prochainement même s'il adore sa profession. Philippe Bonneels estime qu'il devient une machine qui "déshumanise les patients" et parle de son impression par moment d'être "un car-wash pour mamie de 80 ans."

"Concrètement, vous vous occupez d'une personne de 80 ans en 10 minutes. Lui faire sa toilette, lui donner à manger, lui faire des pansements et prendre le temps de l'écouter pour comprendre ce dont elle a besoin." Selon l'infirmier, il est payé "7 euros pour faire cela le matin. On doit faire 40 à 80 patients sur une journée."

D'après une étude de Sciensano publiée en début d'année, un soignant Belge sur cinq veut quitter le métier.

Pour Philippe Bonneels, le problème n'est pas "fondamentalement le salaire" mais davantage les conditions de travail et la "non-gestion globale de la situation par les ministres."

Il développe: "On fait comme si les infirmiers; s'ils étaient vaccinés cela changerait la donne. Non, pas du tout! Si demain 100% des infirmiers sont vaccinés, on continuera à avoir des problèmes parce qu'on n'investit pas chez les infirmiers, on ne revalorise pas le métier, parce qu'il est toujours pénible."


 

 




 

Vos commentaires