Que faire pour relancer la Wallonie? "On doit investir massivement dans ce qui pèse le plus lourd dans la facture des Wallons"

Dans 135 jours, nous voterons aux régionales. Le ministre wallon MR Pierre-Yves Jeholet et le chef de l’opposition socialiste en Wallonie, Pierre-Yves Dermagne, étaient sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche pour un premier débat pré-électoral.

D’après Philippe Destatte, le directeur de l’Institut Jules Destrée, la Wallonie ne se redresse pas : produit intérieur brut, pauvreté, chômage chez les jeunes… tous les indicateurs montrent depuis des années que malgré les efforts extraordinaires, il n’y a pas d’évolution positive. Alors que faire ? Sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche, le ministre wallon MR Pierre-Yves Jeholet et le chef de l’opposition socialiste en Wallonie, Pierre-Yves Dermagne, ont présenté leur mesure-phare pour sortir la Wallonie de l’ornière. 

Pierre-Yves Dermagne, Député-Bourgmestre de Rochefort - PS, propose un "Plan Marshall pour le logement". "Quand on parle de pouvoir d’achat, quand on parle de taux de pauvreté, pour nous, on doit investir massivement dans ce qui pèse le plus lourd dans la facture des Wallonnes et des Wallons, c’est-à-dire le logement. Que ce soit le prix de l’emprunt hypothécaire de l’achat ou du loyer, avec les charges", explique-t-il. "Nous voulons un véritable plan Marshall, un plan Marshall du logement avec un investissement de plus d’un milliard d’euros pour à la fois construire plus de logements et faire en sorte que les prix de l’immobilier baissent. Il faut faire en sorte aussi que l’on puisse encadrer certaines pratiques au niveau des loyers, au niveau des conditions dans lesquelles certains Wallons sont logés, et faire en sorte que l’on puisse agir massivement notamment sur l’isolation pour faire en sorte que les factures d’électricité et de chauffage des Wallonnes et des Wallons diminuent demain", poursuit le Député.

Une proposition qui n'est pas partagée par le ministre wallon MR Pierre-Yves Jeholet. "C’est un xième plan logement du parti socialiste qui a été aux commandes, y compris dans ces matières là pendant 30 ans", réplique-t-il.

De son côté, le MR plaide pour un investissement dans la formation et l'emploi. "Il faut une autre relation par rapport aux structures wallonnes, par rapport à l’argent public wallon. On a saupoudré d’argent public la Wallonie. Avec le résultat que vous démontrez aujourd’hui, on doit faire en sorte que tout euro soit aujourd’hui utilisé de façon optimale et efficace dans toute une série de politiques que l’on mène. C’est ça le défi aujourd’hui, c’est simplifier le paysage institutionnel, toutes les structures qui sont redondantes et récurrentes. C’est un problème de gouvernance", constate-t-il. Avant de conclure: "Demain, on aura moins d’argent public, on doit le mettre là où il faut, et notamment dans la formation et l’emploi. On doit former les travailleurs pour éviter les catastrophes que l’on connaît aujourd’hui. On doit faire en sorte que davantage de demandeurs d’emploi se réinsèrent sur le marché du travail". 

Vos commentaires