En ce moment
 
 

Sécurité des cyclistes: "En Wallonie, si on trace des lignes blanches sur le sol, on a l'impression d'avoir créé des pistes cyclables"

  • "Je suis le futur mort de la N83": un cycliste déplore l

  • Plan d

 

Le Plan Wallon d’investissement: puit de lumière ou puit sans fonds ? C'était la grande question de ce débat dominical de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche" qui revenait sur l'annonce du gouvernement wallon de ce mercredi qui évoquait un plan d'investissement de 5 milliards d’euros sur 5 ans pour 31 projets. Selon le Ministre-Président wallon Willy Borsus, ce “plan ambitieux répond à un constat largement partagé d’un sous-investissement structurel depuis de nombreuses années dans les infrastructures publiques”.

Ce plan est donc axé sur les 3 grandes lignes suivantes: le digital, les énergies électriques et la mobilité. L'un des objectifs principaux de ce plan est de sensibiliser les Wallons à la voiture électrique et à l'usage du vélo. Le gouvernement wallon veut multiplier l'usage du vélo par 5. Aujourd'hui, il représente 1 % du transport wallon et ambitionne de passer à 5%.

Pour évoquer ce thème bien précis, Michel Gusbin, cycliste était présent dans les studios de RTL HOUSE. Cette semaine il a créé le buzz sur les réseaux sociaux en dénonçant les conditions déplorables avec lesquelles il doit composer pour circuler à vélo. Tous les jours Michel Gusbin, effectue 17 kilomètres pour se rendre sur son lieu de travail. Et le professeur d'éducation physique de déplorer ces conditions de mobilité:" Ce qui fait fonction de piste cyclable est nettoyé que deux fois par an, les véhicules vous frôlent. Je risque ma vie tous les jours". Et de compléter que sur certaines pistes, "la nature a repris ses droits."

Pour Jean-Luc Crucke, ministre du Budget, des Finances, de l'Energie, du Climat et des Aéroports, "il faut distinguer, le problème du sous-investissement avec tout simplement l'entretien de ces voiries cyclables (...) J'ai avancé à l'époque une proposition qui était de confier aux communes l'entretien de ces pistes qui sont sur des territoires régionaux et composer les interventions des communes par du personnel ou une indemnisation à la clé. Le ministre de l'époque m'avait promis d'étudier le dossier mais je n'ai pas eu de réponse".

Pour Michel Henrion, chroniqueur de l'émission, ces investissements wallons doivent être nuancés. "Il y a une similitude entre le plan d'investissement et les pistes cyclables. En Wallonie, si on a pris un pot de peinture et qu'on a mis des lignes blanches sur le sol, on a l'impression qu'on a créé une piste cyclable", conclut-il.

Vos commentaires