Suspicion de fraude électorale à Neufchâteau: les maisons de repos sont-elles des cibles faciles?

ELECTIONS 2019

Dimitri Fourny, chef de groupe au Parlement de Wallonie et ténor du parti humaniste a été inculpé ce jeudi. Il aurait utilisé, avec d’autres, des procurations de personnes âgées pour améliorer son score au scrutin communal et ainsi redevenir bourgmestre de Neufchâteau. Que s’est-il passé exactement ? Au moment des élections, des enfants sont passé voir leurs parents dans le home de la ville, "le clos des seniors", géré par le CPAS de Neufchâteau et donc par extension par la ville. Les enfants ont demandé à leur maman si elle avait reçu sa convocation pour aller voter. Elle a répondu par la négative. Étrangement, la maison de repos a indiqué aux enfants que leur mère n'ira pas voter. Mariline Clémentz, conseillère communale à Neufchâteau (Ecolo), apporte plus de détails sur les faits: "Les enfants ont alors appris qu'il existait un certificat médical pour la maman. Les enfants se sont inquiétés car ils habitent à proximité et auraient pu aller voter pour la maman. Renseignements pris, les enfants ont appris que c'était une pratique courante (...) Quelques jours après, ils avaient appris que quelqu'un avait voté pour leur maman."

"A peine 20% des résidents d'une maison de repos votent"

Plus globalement, les faits posent la question du vote dans les maisons de repos. Christophe Deborsu s'est porté garant de la fiabilité du témoignage suivant qui lui est parvenu. Il cite son témoin: "Mon beau-père est membre d'un parti politique. A chaque scrutin, il distribue des procurations à toute la famille de personnes qui sont dans des maisons de repos pour qu'on vote pour son propre parti politique." Pascal Tavier, bourgmestre de Pont-à-Celles dans le Hainaut et administrateur de l'Association des directeurs de maisons de repos, réagit: "L'association que je représente prône pour l'installation des bureaux de vote dans les maisons de repos. A peine 20% des résidents d'une maison de repos votent. Le problème est plutôt pour les personnes qui sont désorientées." Alice Dive, journaliste et chroniqueuse de "C'est pas tous les jours dimanche", enchaîne: "C'est tout le principe de l'abus de faiblesse. C'est d'ailleurs l'une des notions abordée par le juge d'instruction dans l'affaire Fourny. On précise évidemment que la présomption d'innocence est toujours de mise. Objectivement, ce cas pourrait faire jurisprudence."

Par ailleurs, le député-bourgmestre de Neufchâteau Dimitri Fourny (cdH) a annoncé ce dimanche lors d'une conférence de presse à Neufchâteau qu'il mettrait un terme à sa carrière parlementaire après les élections du 26 mai. Il a précisé qu'il ne serait pas candidat aux élections régionales et fédérales mais n'a soufflé mot sur un éventuel départ de son poste de bourgmestre.

Vos commentaires