En ce moment
 
 

Vaccins: pourquoi de telles différences entre régions? (vidéo)

 
 

Dans C'est pas tous les jours dimanche, Chritie Morreale et Alain Marron, tous deux ministres de la santé dans les gouvernements wallon et bruxellois, étaient présents pour parler de l'avancement de la vaccination. Les chiffres montrent des différences significatives entre les trois régions. Pourquoi? Comment fonctionnent les statistiques? Quand va-t-on recevoir une convocation?

Jusqu’à présent, 3.7% de la population bruxelloise est partiellement vaccinée, alors qu’en Wallonie on compte 5.9%.

Pour Alain Marron, ministre bruxellois de la santé, les chiffres ne disent pas tout. "Bruxelles a une spécificité importante, explique-t-il. Si vous regardez les chiffres des plus de 65 ans, Bruxelles est très légèrement en tête. Nous sommes en retard dans les chiffres de moins de 65 ans. Pourquoi? Parce que nous vaccinons du personnel de soins, du personnel social et même des policiers, nous les vaccinons massivement. Des dizaines de milliers de personnes vaccinées à Bruxelles et une bonne partie de ce public, 70% chez les policiers, ne résident pas à Bruxelles." Les statistiques versent donc ces personnes vaccinées du côté de la Wallonie ou de la Flandre.

En revanche, les statistiques démontrent que le nord vaccine plus que le sud actuellement alors que la tendance était inversée au début de la vaccination. Le ministre flamand, Jan Jambon, a d’ailleurs expliqué que la Flandre "mettait le turbo". Pourquoi donc cette différence?

"Ce n’est pas un concours, précise Christine Morreale, Vice-Présidente et Ministre de la Santé au gouvernement wallon. C’est vrai que sur la première phase, notamment pour les maisons de repos, on était bien organisé, les choses se sont bien passées. Quand on a commencé le personnel de la première ligne, les médecins, dentistes, etc. Il faut avouer que la Flandre a un réseau de première ligne qui est bien structuré. Nous, quand on envoie 110.000 convocations, 35.000 ont répondu au rendez-vous. Et les plages de rendez-vous qu’on avait prévues pour eux ne se sont pas totalement remplies."

Depuis, la ministre précise que ces trous de rendez-vous ont été remplis par d’autres publics prioritaires tels que les policiers et les étudiants en médecine. « Si vous avez des patients qui sont âgés, qui ont des comorbidités, qui souhaitent se faire vacciner, nous complèterons en plus des soignants. »

Vacciné dès 65 ans, 75 ans ou 85 ans?

Autre grande différence régionale : le début de la phase 1B de la vaccination se fera dès 65 ans en Wallonie, 75 ans à Bruxelles et 85 ans en Flandre. Cette phase démarre le 15 mars.

"Comme on a du stock, on a démarré plus tôt, explique Christie Morreale. Quelles sont les personnes qu’on peut joindre au plus vite pour compléter les plages de rendez-vous? Donc on a envoyé depuis le 4 mars 16.000 invitations à des personnes de 65+ qui avaient une adresse mail pour remplir directement les slots de rendez-vous. A partir de la semaine prochaine, on envoie un courrier papier à toutes les personnes les plus âgées. Donc d’abord les plus âgés."

Ces personnes pourront choisir elles-mêmes leur lieu de vaccination avec une plage horaire qui leur sera destinée.

A Bruxelles, "les courriers sont partis, ajoute Alain Marron. Si des personnes veulent s’inscrire déjà pour la semaine prochaine, c’est possible."




 

Vos commentaires