"Le wallon peut encore être sauvé... mais il est grand temps"

(Belga) Michel Francard, professeur émérite de linguistique à l'UCLouvain, estime que le wallon peut encore être sauvé, mais qu'il y a urgence. Il s'exprime dans un entretien publié par L'Avenir samedi alors que l'ONU lance en 2019 l'Année internationale des langues autochtones, dont le wallon fait partie.

Le wallon a commencé à péricliter quand on a décidé d'utiliser le français comme outil d'ascension sociale, explique M. Francard. Il y a désormais une "rupture de transmission générationnelle qui menace les langues comme le wallon, le picard ou le gaumais", ajoute le professeur qui recommande dès lors de l'enseigner. "Pas forcément à l'école. Mais il faut l'enseigner comme une langue vivante, avec des méthodes modernes." Le linguiste estime toutefois qu'il y a urgence pour que les langues wallonnes ne soient pas amenées à disparaître, et invite à tirer parti des facteurs positifs qui existent. Il constate à cet égard "un renversement des mentalités": "Jadis, parler wallon était considéré comme impoli. C'était populaire, de basse classe. Aujourd'hui, les jeunes ne voient plus le wallon comme négatif. Il bénéficie même d'un regain de sympathie, notamment grâce à de nombreuses initiatives qui mettent les enfants en contact avec le wallon." Il n'est pas impossible selon lui de sauver le wallon. "Aujourd'hui, 10% des Wallons sont encore en contact avec leur langue. Ça fait 300 000 personnes. C'est plus que Bretons ou les Corses. Ce n'est donc pas un problème de masse critique mais de volonté et de fierté", conclut-il. (Belga)

Vos commentaires