En ce moment
 

A Marseille, Jacquemus présente une première collection homme naturelle et ensoleillée

Mode

Dans une calanque marseillaise au coucher du soleil, Simon Porte Jacquemus a présenté lundi sa première collection prêt-à-porter homme, "le gadjo", aux matières naturelles et aux couleurs ensoleillées.

Sur la plage de Sormiou, la plupart des mannequins ont défilé avec des pantalons retroussés, surmontés de trenchs longs portés torse nu.

Le Sud, obsession et inspiration du créateur vauclusien, qui avait marqué sa dernière collection féminine autour du thème du "souk", est encore omniprésent avec des chapeaux de paille, des tournesols sur les chemises ou un survêtement bleu azur, couleur de l'Olympique de Marseille.

Le kaki, le beige dans toutes ses nuances et le jaune ont toutefois les faveurs du créateur. Même ses rouges, plutôt ocres, sont doux et naturels.

"Mon mec à moi il aime le soleil, se baigner, ouvrir sa chemise", a confié à l'AFP le styliste de 28 ans, qui a choisi des "hommes bien dans leur corps, méditerranéens" pour incarner son "gadjo".

Pour sa "toute première" incursion dans la mode masculine, Simon Porte Jacquemus a voulu faire revivre "tous ces clichés du Sud: le gitan, le santon, le kéké...".

A Marseille, bien sûr, sa ville "coup de coeur": "pour moi c'était un rêve de défiler ici, dans ce cadre accessible et paradisiaque à la fois", où il a fait s'asseoir tous les invités à même le sable, devant des eaux turquoise.

Alors que son succès dans la mode féminine n'est plus à prouver, Jacquemus s'est trouvé un "challenge" avec l'homme: "c'est très difficile car il faut à la fois faire simple, et avoir une vraie signature".

Une signature qu'il cherche notamment dans les accessoires, avec des pochettes plates portées autour du cou, sur un torse nu.

Celui qui revendique l'utilisation de matières simples a créé plusieurs modèles de pulls d'été en laines légères provenant notamment d'une collaboration avec The Woolmark Company. Des mailles ajourées, amples et confortables.

L'histoire de Simon Porte, qui a choisi d'accoler à son nom celui de sa mère, Jacquemus, est singulière dans le milieu de la mode. Il a grandi entre Avignon et Marseille, entouré de parents agriculteurs, qu'il décrit aussi comme des "artistes".

Celui qui rêve de mode dès ses 8 ans "monte" à Paris dix ans plus tard pour faire une école de mode, qu'il quitte au bout de deux mois. Il crée sa première collection à 20 ans.

Vos commentaires