A Paris, (para)pluie d'hommages pour l'enchanteur Michel Legrand

Le cercueil sur scène, au beau milieu du décor féérique de "Peau d'âne": un hommage enchanteur, émouvant et élégant a été rendu vendredi au "géant" des compositeurs français Michel Legrand, en présence de nombreuses personnalités et d'anonymes.

"Parler à côté du cercueil de Michel, c’est un peu difficile. La dernière fois qu’on s'est vus, on s'est tenu la main et j’ai senti qu’il replongeait avec moi dans les années où nous étions ensemble avec Jacques (Demy)", s'est rappelée la réalisatrice Agnès Varda, très émue, au début de l'hommage rendu à Michel Legrand au Théâtre Marigny.

Le cercueil noir y a été transporté après une cérémonie religieuse de 45 minutes en la Cathédrale orthodoxe Saint-Alexandre-Nevsky à Paris, à laquelle ont notamment assisté Brigitte Macron, Vladimir Cosma et Claude Lelouch, aux côtés de Macha Méril, l'épouse de Michel Legrand, et de ses quatre enfants.

A Marigny, où est donnée depuis novembre l'adaptation scénique du célèbre film de Jacques Demy dont il avait composé les thèmes, le musicien au sourire facétieux, décédé samedi à l'âge de 86 ans, a eu droit à une dernière "standing ovation". Accrochée entre les faux arbres de la forêt féérique, une photo en noir et blanc de lui, les cheveux ébouriffés, au travail.

Après un premier témoignage de Jean-Luc Choplin, directeur du Théâtre Marigny, entouré de la troupe qui joue "Peau d'âne", le ministre de la Culture Franck Riester a rendu un hommage plus solennel mais vibrant: "Avec Michel Legrand, la France perd un de ses géants. A la seule évocation de son nom, résonnent dans toutes les têtes les notes des +Parapluies de Cherbourg+ et des +Demoiselles de Rochefort+. Il faisait fi des codes et des conventions."

Entre les éloges funèbres de l'écrivain Didier Van Cauwelaert, de la journaliste Eve Ruggieri et du cinéaste Jean-Paul Rappeneau, des extraits de chansons de Legrand s'enchaînent, tel "Les moulins de mon coeur" qui ravivent plus d'un souvenir. Sur des écrans, défilent des photos de lui avec des stars comme Quincy Jones ou Michael Jackson, ainsi que des images vidéos dont une le montrant, hilare, dans une auto-tamponneuse.

- "Trois Oscars, zéro César" -

"Un homme solaire" en somme, selon la description de son biographe Stéphane Lerouge, qui a aussi évoqué "sa part d’ombre": "Une éruption du volcan Legrand faisait passer Louis de Funès pour Droopy", a-t-il lancé, récoltant de nombreux rires.

Dans son sillage, Frédéric Beigbeder, qui fit jouer Legrand acteur dans "L'amour dure trois ans", n'a pas manqué d'ironie en soulignant à quel point le cinéma hexagonal lui a manqué de reconnaissance: "Il n’y a aucun intérêt de cesser de vivre, sinon que la mort permet à la France d'enfin se rendre compte du génie de Michel Legrand. Trois Oscars, zéro César, vive la France! Pour être reconnu chez nous il faut crever, c’est comme ça".

Après cet hommage d'une heure et quart, Michel Legrand a été inhumé aux alentours de 16H30 au cimetière du Père-Lachaise.

Depuis la mi-journée et jusqu'à 19H00, une rétrospective de sa carrière est diffusée sur écran géant, sur le parvis de l'Hôtel de Ville.

Au cours d'une carrière de plus de 50 ans qui lui a valu une renommée mondiale, Michel Legrand a été trois fois oscarisé: pour la chanson "Les Moulins de mon cœur" créée pour "L'affaire Thomas Crown" en 1969, et les bandes originales d'"Un été 42" (1972) et "Yentl" (1984).

Musicien touche-à-tout, longtemps d'obédience jazz, il a d'abord été accompagnateur et arrangeur, travaillant avec les plus grands, de Miles Davis à Ray Charles, en passant par Frank Sinatra et Édith Piaf.

Il avait commencé à composer des thèmes de films dans les années 60 avec l'émergence de la Nouvelle vague, travaillant pour Agnès Varda, Jean-Luc Godard, et surtout Jacques Demy.

Catherine Deneuve, qui joua dans "Peau d'âne", "Les Demoiselles de Rochefort" et "Les Parapluies de Cherbourg", lui avait rendu hommage jeudi soir sur France 2. "C'est un très grand compositeur, un très grand musicien. Et les musiques des films auxquels j'ai participé, c'est un souvenir enchanteur."

Vos commentaires