En ce moment
 
 

Au festival de Glastonbury, Stormzy marque les esprits, The Cure clôture

Glastonbury, l'un des plus grands festivals de musique du monde se déroulant sur 350 hectares de champs dans le sud-ouest de l'Angleterre, a clôturé dimanche soir une édition ensoleillée marquée par le rappeur Stormzy.

Ce Londonien de 25 ans a livré vendredi un show de musique grime explosif, engagé et poétique, confiant à son public de dizaines de milliers de personnes trouver "légendaire" d'être devant eux, après avoir fait part de sa fierté sur Twitter d'être "le premier artiste britannique noir à être une tête d'affiche à Glastonbury".

Sur la même scène, la pétillante Kylie Minogue, 51 ans, a bouleversé dimanche les festivaliers, coiffés de perruques multicolores, grimés de paillettes et souvent déguisés, en évoquant son cancer du sein qui l'avait empêché de participer à "Glasto" en 2005 et "sa chance" d'être présente pour cette édition.

A suivi Miley Cyrus. L'artiste américaine de 26 ans avait tout d'une bête de scène de rock, interprétant des titres comme "Mother's Daughter", balançant ses cheveux, tirant la langue, tantôt embrassant ses biceps, tantôt chevauchant le pied de son micro.

Si le festival a diversifié ses styles musicaux, il a bien sûr respecté sa tradition d'accueillir des icônes du rock comme Liam Gallagher, ancien chanteur d'Oasis, ou The Killers, tête d'affiche samedi soir. Et c'est The Cure qui clôturait dimanche sur la fameuse scène Pyramide.

Les plus de 135.000 festivaliers devaient également profiter de la pop de Christine and The Queens ou de la soul de Janaelle Monae.

Parmi la liste non exhaustive des prestations appréciées sur la dizaine de scènes principales, celle de l'Espagnole Rosalia mêlant le flamenco au trap, celle du groupe australien psyché Tame Impala ou encore du duo d'électro Maribou State.

Le jazz et les musiques africaines ont aussi été représentés, notamment par la chanteuse malienne et engagée Fatoumata Diawara, à la voix puissante.

La protection de l'environnement a été au cœur de cette édition: interdiction pour la première année de la vente de bouteilles en plastique à usage unique, marche pour lutter contre le changement climatique avec le mouvement écologique Extinction Rebellion et l'association Greenpeace, et courte intervention surprise du célèbre naturaliste britannique David Attenborough.

Vos commentaires