En ce moment
 
 

Augustin Trapenard va animer une émission littéraire sur BrutX

Augustin Trapenard va animer une émission littéraire sur BrutX
Le journaliste Augustin Trapenard au festival de Cannes, le 15 mai 2019Alberto PIZZOLI
 
 

Augustin Trapenard présentera dès la semaine prochaine "Plumard", une émission littéraire mensuelle sur la nouvelle plateforme de vidéo par abonnement BrutX, a annoncé mardi le journaliste dans un entretien à Télérama.

Dans le premier épisode de 28 minutes, disponible le 13 mai à 18H sur le service de streaming lancé le mois dernier par le média 100% vidéo Brut, l'animateur, qui a quitté Canal+ fin janvier, recevra la journaliste Florence Aubenas dans un canapé installé sur... un rond-point.

"Je voulais un endroit où les routes se croisent...", explique Augustin Trapenard, qui "a choisi d'évoquer avec" l'autrice "le thème de la disparition" et s'est souvenu "de sa grande enquête dans Le Monde sur les +Gilets jaunes+".

D'autres invités prendront place dans ce "canapé mobile" qui peut être "transformé en lit", a précisé, facétieux, l'animateur de "Boomerang" sur France inter.

Travailler pour une plateforme "libère des formats", estime Augustin Trapenard. "Là, je peux faire 28 minutes, une heure, une fois par mois, voire deux si je le souhaite (...) J'ai l'impression que ma liberté de ton n'en sera que plus grande".

Le journaliste a par ailleurs expliqué pourquoi il a choisi de quitter Canal+, qu'il avait intégrée en 2012 et où il animait "Le Cercle", dédié au cinéma, et "21 cm", sur la littérature, évoquant "une multitude de déclencheurs".

La chaîne cryptée "n'est plus la même" . (...) J'y suis entré pour sa créativité, sa joie, sa liberté (...) Mais c'est une chaîne privée qui assume ses choix, et en tant que journaliste, il y a un moment où j'ai le droit de dire non. Il faut aussi pouvoir se regarder dans la glace".

Interrogé sur des pressions exercées par la direction de la chaîne pour recevoir des "auteurs maison", publiés au sein d'Éditis (société d'édition du groupe Vivendi, maison-mère de Canal+), Augustin Trapenard répond avoir "effectivement" reçu "des e-mails, avec des demandes. Jusque-là, j'avais eu une liberté éditoriale totale. Incarner Canal+ devenait de plus en plus difficile".




 

Vos commentaires