En ce moment
 

Avec le blues "dans la peau", le guitariste de ZZ Top sort son 2e album solO

Avec le blues
Dusty Hill (g) et Billy Gibbons (d) du groupe ZZ Top, le 3 juillet 2016 aux Eurockéennes de BelfortSebastien Bozon

Qu'importe les modes musicales ou la disparition de la génération B.B. King: le blues, "musique de l'âme", est immortel, confie à l'AFP le guitariste-chanteur de ZZ Top Billy Gibbons à l'occasion de la sortie de son deuxième album solo, "The Big Bad Blues".

L'avantage avec cette nouvelle galette, c'est qu'elle sonne pile-poil comme l'annonce son titre: du blues généreux, des guitares grasses, des basses épaisses, et bien entendu, la voix caverneuse de Billy Gibbons, qui a fait la légende ZZ Top.

Après un premier album trempé dans la musique cubaine, "Perfectamundo" (2015), qui avait reçu un accueil plutôt tiède de la critique, c'est donc un retour aux sources pour le Texan de 68 ans.

"Cette grande forme d'art américain que nous appelons le blues, je l'ai dans la peau, et je l'ai toujours eue", dit-il, de passage à Londres pour des dédicaces.

"Il y a quelque chose d'humain, d'authentique (dans le blues). Un rapport avec les hauts et les bas (de la vie), et tous les pointillés au milieu. Ça rassemble tout".

Sur cet album de 11 titres, Billy Gibbons reprend notamment deux morceaux de Muddy Waters, "Standing Around Crying" et "Rollin' and Tumblin", comme un hommage à la génération des grands bluesmen du siècle passé, dont l'un des plus illustres représentants, B.B. King, est mort en 2015, à l'âge de 89 ans.

Avec lui s'est éteint une ère mais le blues est loin d'avoir poussé son dernier râle, estime Billy Gibbons. "Ce qui est incroyable avec le blues, c'est sa capacité à renaître décennie après décennie", dit-il.

- Le blues, un 'état d'esprit' -

Le blues, "c'était un état d'esprit. Nous n'avons pas toujours trouvé les mots pour en parler mais nous l'avons tous en nous". Et quels que soient les courants de musique dominants, hip hop ou RnB, "je ne vois pas le blues disparaître de sitôt."

"On ne sait jamais qui en sera la prochaine étoile", poursuit-il. "Mais tôt ou tard, on tombera sur un bluesman de la onzième heure qui fera se lever les foules".

Certes le style a évolué, poursuit-il, les trois accords de base donnant naissance à quantité d'univers musicaux plus ou moins sophistiqués. Mais au final, "on revient toujours à la case départ: une forme de simplicité".

Pour retrouver ce blues authentique qu'il apprécie tant, Billy Gibbons dit avoir coutume de retourner, entre deux enregistrements, là où tout a commencé, accompagné de ses deux complices de ZZ Top.

"Quand nous pouvions nous échapper du studio, nous descendions souvent dans le delta du Mississippi", berceau du "Delta Blues", un des courants fondateurs du blues.

Un lieu tellement imprégné par la musique, "qu'on a l'impression que le blues pourrait sortir de terre".

Accompagné par ses musiciens, Billy Gibbons fera une tournée en Amérique du Nord du 13 octobre au 18 novembre, avant le 50e anniversaire de ZZ Top. Le groupe de Texas blues jouera pour l'occasion en résidence au Venetian, un hôtel de Las Vegas, du 18 janvier au 2 février.

"Les trois mêmes gars qui jouent les trois mêmes accords, c'est le pied", anticipe avec délice Billy Gibbons, dont la fameuse barbe blonde - peu ou proue la même que celle du bassiste de ZZ Top Dusty Hill - lui arrive à mi-poitrine.

"La barbe, elle m'accompagne partout où je vais!", clame-t-il.

Vos commentaires