"Tom-Tom et Nana" font les fous avec Bernadette à Angoulême

Enfants

"Chez Bernadette". On y entre comme dans le restaurant des parents de Tom-Tom et Nana, les deux enfants dessinés depuis plus de 40 ans par la pétillante Bernadette Després, pour découvrir jusqu'à dimanche la première exposition qui leur est consacrée au Festival international de la BD d'Angoulême.

"Ça m'épate! C'est du vrai Angoulême... je suis vraiment flattée", se réjouit la dessinatrice en passant la devanture jaune de son faux restaurant, décor récurrent des 371 histoires publiées dans le magazine J'aime lire et des 34 albums de Tom-Tom et Nana, vendus à 16 millions d'exemplaires ces 20 dernières années.

A l'intérieur, des planches originales des aventures de ces deux polissons pleins d'imagination, qui en font voir de toutes les couleurs à leurs parents, aux employés et aux clients de la "Bonne fourchette".

Pour réparer leurs expériences peu appréciées des adultes, ils tentent de se rattraper en semant encore plus le désordre, provoquant sourires ou rires des jeunes lecteurs assidus, comme le furent leurs parents à leur âge.

Ce que la dessinatrice préfère dans cette exposition intitulée "Tom-Tom & Nana présentent tout Bernadette Desprès": les planches sur le cauchemar de Tom-Tom, l'une en noir et blanc, l'autre à l'aquarelle.

"Une tranche de Rouma-caca rôti, Seigneur", propose à Tom-Tom son père à table, "une de Krabougnade, Seigneur", renchérit sa mère avant que sa soeur Nana ne le mette en garde: "ne mange rien! C'est un piège, tout est empoisonné!"

"J'ai adoré cette histoire de cauchemar. J'ai adoré la dessiner, j'y croyais complétement", souligne cette petite femme de "bientôt 78 ans", aux yeux rieurs.

A côté des nombreuses planches originales se trouvent un plan détaillé de Chantilly sur plat où habite la famille Dubouchon, des jeux, des témoignages de collaborateurs ainsi que les biographies des personnages comme Monsieur Henri, client du restaurant dès la première histoire en 1977.

- "L'humour sauve de tout" -

Les "ancêtres" de Tom-Tom et Nana ont également leur place dans cette exposition, avec les mêmes visages arrondis, les mêmes couleurs vives dans "Nicole et Djamila" ou "Une journée d'été chez grand-père et grand-mère".

Et même si les bandes dessinées sont silencieuses, Bernadette Després aime les pimenter de musique, son autre passion depuis l'enfance.

Tom-Tom et Nana, éternellement âgés de 9 et 6 ans, "ont appris à jouer de la musique avec des casseroles", rappelle celle qui a commencé par le piano, obligatoire dans sa famille, avant de se tourner vers le chant et la guitare... arme redoutable pour plaire aux garçons.

Afin de "réveiller vos oreilles", des chansons intitulées "Yaca Camou", "Lili moutarde" ou "Grand-père super" et illustrées de ses dessins s'écoutent à l'aide de casques.

Depuis la fin des aventures il y huit ans de "Tom-Tom et Nana", scénarisées par ses complices Jacqueline Cohen et Evelyne Reberg, cette grand-mère aux 11 petits-enfants continue la musique et le dessin.

Elle prend ses crayons pour raconter des histoires aux tout-petits dans son atelier à Givraines, près de Pithiviers (Loiret), en conservant cette fantaisie qui fait sa signature.

Car ce que Bernadette Després veut avant tout transmettre aux enfants, ce sont "des choses un peu drôles, le rire". D'ailleurs, elle dessine en se marrant, souffle une de ses amies.

"L'humour sauve de tout, il peut beaucoup sauver les rapports humains", lance la dessinatrice aux cheveux poivre et sel. "Moi, quand je vois des parents trop sévères avec leurs enfants, qu'ils lisent Tom-Tom et Nana, ça leur ferait du bien!"

Vos commentaires