Berlinale: Gus Van Sant filme la rédemption d'un dessinateur alcoolique

Berlinale: Gus Van Sant filme la rédemption d'un dessinateur alcoolique
Le réalisateur américain Gus Van Sant présente à la Berlinade son dernier film, "Ne t'inquiète pas, il n'ira pas loin à pied". A Berlin le 20 février 2018.Tobias SCHWARZ

Trois ans après son dernier film reçu de manière désastreuse, l'Américain Gus Van Sant a présenté mardi à la Berlinale son nouvel opus "Ne t'inquiète pas, il n'ira pas loin à pied" avec Joaquin Phoenix, un biopic sans grand éclat sur la rédemption d'un dessinateur alcoolique et tétraplégique.

Connu pour jongler entre films d'auteurs ("Elephant", Palme d'or 2003) et oeuvres plus grand public de commande ("Will hunting"), le réalisateur s'est penché sur la biographie du dessinateur John Callahan, découverte il y a vingt ans grâce à Robin Williams qui avait envisagé un temps de l'interpréter.

Alcoolique depuis l'adolescence, John Callahan sera paralysé à la suite d'un accident de voiture à l'âge de 21 ans, qui accentuera ses problèmes de boisson.

Il finira par se lancer dans le dessin humoristique, tendance humour noir, et à s'en sortir progressivement. Décédé en 2010, l'homme aux cheveux roux est une figure de Portland (Oregon), la ville de Gus Van Sant.

"C'est quelqu'un qui a toujours joué avec les limites", a souligné le cinéaste à Berlin. Les cartoons très politiquement incorrects du dessinateur font partie intégrante de son film, et permettent de mieux saisir sa personnalité.

"Boire était son principal handicap", a estimé Joaquin Phoenix, refusant de s'étendre plus sur sa préparation pour ce rôle en fauteuil roulant.

"J'ai lu le livre cinq-six fois", s'est contenté d'expliquer l'acteur récompensé l'an dernier à Cannes pour sa performance dans "A beautiful day".

Poignant sans être bouleversant, le film se concentre sur l'accident de John Callahan et sa rédemption. Il consacre une large place aux réunions d’alcooliques anonymes et thérapies de groupe entreprises par le personnage. L'occasion de revenir sur une enfance marquée par l'abandon et le mal-être.

En animateur de groupe à l'allure christique, l'acteur Jonah Hill impressionne. Le casting est complété par Rooney Mara en infirmière suédoise, Jack Black en copain de défonce et plusieurs figures de la scène musicale indépendante comme Beth Ditto et Kim Gordon (Sonic Youth), en compagnons de souffrance.

En dépit de ses bonnes intentions, le film, produit par Amazon, souffre d'une mise en scène assez convenue et d'un air de déjà vu.

Le précédent film de Gus Van Sant, "La Forêt des songes" avec Matthew McConaughey et Naomi Watts, avait été étrillé à Cannes en 2015: il racontait la rencontre de deux hommes partis se suicider dans une forêt au Japon.

Entretemps, le réalisateur a travaillé sur la mini-série "When we rise" sur la lutte pour les droits des homosexuels aux Etats-Unis.

Vos commentaires