En ce moment
 
 

Bull Machin et Xolo, les deux chiens géants de Royal de Luxe envahissent Villeurbanne

Bull Machin et Xolo, les deux chiens géants de Royal de Luxe envahissent Villeurbanne
Xolo, 300 kg, chien articulé du Royal de Lixe s'avance dans les rues de Villeurbanne, au nord-est de Lyon le 23 septembre 2022 JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
 
 

Le Bull Machin dort encore tandis que le Xolo s'éveille pour sa toilette, entouré de valets en livrée bleue: la compagnie Royal de Luxe et ses deux chiens géants ont envahi vendredi le centre de Villeurbanne pour trois jours de festivités gratuites.

"Tu peux envoyer le départ", lance le metteur en scène et fondateur de la compagnie, Jean-Luc Courcoult, sur la place de la mairie, cernée par une foule joyeuse d'écoliers et de badauds.

La bête noire qui sommeillait sur des sacs de jute au pied d'un parasol orange et bleu frémit, dresse les oreilles, ouvre les yeux, tandis qu'une demi-douzaine de valets juchés sur un engin de chantier activent les engrenages de la marionnette géante sur fond sonore de blues suédois.

"Attention... nettoyez les paupières.... nettoyez la neige sur la gamelle", lance un des acteurs dans un haut-parleur rouge. Le chien articulé s'ébroue et s'élance avec son armée de serviteurs, précédé par un deux-roues jaune surplombé par une mouette.

La nouvelle création monumentale de Royal de Luxe s'inscrit dans les programmations spéciales de Villeurbanne, pour son année de "capitale française de la culture".

"On sort de la saga des géants, avec des personnages, pour une saga avec des animaux qui vont faire une course effrénée à travers la ville", explique Jean Louis Bonnin, un des administrateurs de la compagnie nantaise.

Au passage du cortège, les enfants rient et crient, les adultes sourient, la foule échange des regards complices, une ambiance de carnaval gagne le quartier vidé de ses voitures.

"C'est magnifique", lance Ghislaine Yala, une spectatrice de 56 ans qui a retrouvé un goût d'enfance.

"Ce que je préfère c'est quand il bouge les oreilles", s'émerveille Sacha, 7 ans, tout en galopant sur le trottoir pour rester à la hauteur du Xolo.

"C'est vraiment génial de mobiliser toute une ville", renchérit Amanda Sariano, sa maman, venue pour accompagner la classe de son fils.

-Imaginaire -

Comme à chaque fois, la compagnie qui revendique plus de 1500 représentations dans 43 pays depuis sa création en 1979, veut "créer de la poésie dans les rues de la ville, en écho avec l'environnement urbain et la population", confie Jean-Pierre Marcos, un "compagnon de route" de Royal de Luxe.

Ici comme ailleurs, "c'est une histoire qui se raconte pendant trois jours, un récit avec différentes séquences et événements" fragmentés dans le temps et l'espace.

"Plusieurs générations ont vu des spectacles de Royal de Luxe et chacun rajoute un peu d'histoire à l’histoire. Et donc, ça créé de l’imaginaire et c’est cette poésie là qui est extrêmement importante", renchérit Jean-Louis Bonnin.

La légende veut que Xolo soit né au Mexique, il a déjà défilé avec les géants de la compagnie, il a l'habitude du public. Son nouveau compagnon, le Bull Machin, fait ses premiers pas à Villeurbanne, il a grandi en arpentant les pavés de la ville, il mesure 4,40 mètres, pèse 800 kg et ne se déplace jamais sans son réverbère.

Les deux chiens vont sillonner les rues pendant deux jours avant de se retrouver dimanche pour un "grand prix". Le directeur artistique, Jean-Luc Courcoult travaille depuis plus deux ans sur le projet, avec des maquettes, des repérages très détaillés sur le terrain, puis des répétitions pour les manipulations.

Le spectacle a coûté quelque 2 millions d'euros et mobilise une centaine d'intervenants venus de Nantes -"lilliputiens", comédiens, acrobates, danseurs,commentateurs ou accessoiristes...-, auxquels s'ajoutent autant de bénévoles recrutés à Villeurbanne.


 

Vos commentaires