En ce moment
 
 

Cannes: Cristian Mungiu radiographie le populisme qui ronge l'Europe

 

A découvrir

 

Un village de Transylvanie comme laboratoire explosif du populisme: le cinéaste roumain Cristian Mungiu, en compétition à Cannes, espère avec "RMN" ouvrir les yeux des Européens sur ce mal qui les ronge.

"J'espère que les gens comprendront que je parle d'eux", explique à l'AFP le réalisateur, en lice pour une deuxième Palme d'Or quinze ans après "4 mois, 3 semaines, 2 jours", film coup de poing sur le droit à l'avortement, et qui se veut à nouveau très politique, mais en embrassant encore plus large.

Son titre, "RMN", fait référence à l'acronyme roumain de l'imagerie par résonance magnétique (IRM): Mungiu s'emploie à y sonder les tenants et les aboutissants du populisme, un mal qui aurait métastasé jusqu'à ce village encore pétri de traditions, aux confins de l'Europe.

"J'espère que (les spectateurs) n'échapperont pas facilement à leurs responsabilités, qu'ils ne se diront pas ça a lieu dans une contrée lointaine, sauvage+. J'ai bien peur que ce ne soit pas le cas", poursuit celui qui fait son retour sur la Croisette six ans après son prix de la réalisation pour "Baccalauréat", sur la corruption endémique.

L'action se déroule à quelques jours de Noël, dans un village de Transylvanie, microcosme où les communautés se côtoient depuis des siècles: on y parle roumain, hongrois ou allemand, témoignage d'une histoire longue et tourmentée.

Les Roms, eux, ont disparu du bourg, chassés par les habitants et la force des préjugés. Mais de nouveaux "damnés de la Terre" ont fait leur apparition, trois Sri-Lankais que l'on a fait venir pour travailler dans la boulangerie industrielle du coin, les Roumains étant tous partis louer leurs bras à l'ouest.

Sur fond de précarité, de préjugés et de traditions, les conflits entre communautés vont peu à peu ressurgir, menaçant de ruiner la paix de cette petite communauté.

- "Rien de rationnel" -

"A travers de petits évènements, dans de petits villages, j'essaie de parler de la nature humaine et de l'état du monde aujourd'hui, et de ce sentiment que nous avons que les choses ne vont pas dans la bonne direction", explique le réalisateur, qui affirme ne "pas pouvoir être optimiste" sur l'avenir.

"La nature humaine ne change pas comme ça... Il suffit de 24 heures pour identifier un ennemi (...) et libérer des instincts animaux qui sont en nous. Des gens qui sont voisins sont capables demain, de violer, torturer et tuer", poursuit-il.

Le moment de bravoure du film est un plan d'un quart d'heure dans la salle communale, une réunion publique au cours de laquelle le sort des ouvriers sri-lankais doit être décidé. Une vingtaine de personnes prendront la parole, rivalisant de sorties haineuses et de préjugés, tandis que leurs contradicteurs, qui tentent de prêcher la tolérance, sont incapables de se faire entendre, et parfois empêtrés dans leurs contradictions. Comme un concentré des débats qui agitent l'Europe.

Un dispositif qui rappelle de façon frappante un autre film roumain remarqué, "Bad Luck and Looning Porn" qui a valu en 2020 l'Ours d'Or à Berlin à Radu Jude, et s'attaquait aussi aux questions du populisme, et de la difficulté de battre en brèche les préjugés.

"Le politiquement correct ne change pas les croyances des gens, ça les empêche juste de les exprimer", souligne Cristian Mungiu. "Dans les discours (populistes, NDLR), il n'y a rien de rationnel. C'est un mélange de peu de faits avec beaucoup de propagande".

"Il n'y a pas besoin d'arguments pour croire. Vous croyez ce que vous croyez et c'est très dur de changer ça", poursuit-il. Le cinéma y peut-il quelque chose ? "Je n'ai pas de solution et ce n'est pas à moi d'en trouver".


 

Vos commentaires