En ce moment
 

Cannes: "Plusieurs appels" au numéro pour les victimes de harcèlement sexuel

Cannes:
La secrétaire d'Etat française à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, le 21 mars 2018 au palais de l'Elysée à ParisLUDOVIC MARIN

Le numéro de téléphone mis en place lors du Festival de Cannes (jusqu'au 19 mai) pour les victimes ou témoins de harcèlement ou d'agression sexuelle a reçu "plusieurs appels", a affirmé samedi la secrétaire d'Etat française à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa.

"On n'a pas encore les chiffres mais il y a eu des appels", a-t-elle affirmé à l'occasion d'un déplacement sur la Croisette, où est prévue en soirée une montée des marches "100% féminine" avant la projection des "Filles du Soleil" de la Française Eva Husson.

Marlène Schiappa a visité samedi matin le bureau où sont reçus les appels. "Il y a trois écoutantes qui se relaient jusqu'à tard le soir pour prendre les appels des femmes qui auraient vécu une expérience de harcèlement sexuel, agression sexuelle voire de viol", a-t-elle détaillé.

"Cannes, c'est un endroit où on fait la fête, où l'on travaille, où l'on voit, produit et distribue des films, on les récompense et c'est un endroit qui doit être sécurisé pour les femmes", a-t-elle souligné auprès de l'AFP.

Les personnes qui appellent le 04.92.99.80.09 peuvent faire part de leur expérience, en français comme en anglais, et être ensuite orientées et accompagnées au commissariat ou à l’hôpital. Elles peuvent également être mises en contact avec une association d’aide aux victimes.

Pour sa première édition suivant le scandale Weinstein, le Festival distribue cette année 40.000 flyers rappelant les peines maximales encourues pour harcèlement sexuel (trois ans de prison et 45.000 euros d'amende), en plus de l'installation de la "hotline". Une adresse email destinée à recueillir d’éventuels témoignages a également été mise à la disposition des festivaliers:

"C'est important que le Festival dise qu'il n'est pas aveugle et qu'il s'engage pour protéger les artistes, les intermittentes du spectacle, les festivalières", a souligné ce membre du gouvernement, rappelant que "l'un des viols dont a été accusé Harvey Weinstein se serait produit au Festival de Cannes".

Vos commentaires