En ce moment
 
 

Cinéma français à l'export : année noire, Céline Sciamma et la Russie rescapées

Cinéma français à l'export : année noire, Céline Sciamma et la Russie rescapées
La réalisatrice française Céline Sciamma (c) avec les actrices françaises Noémie Merlant (g) et Adèle Haenel le 25 mai 2019 à la cérémonie de clôture de la 72e édition du festival de CannesLOIC VENANCE
 
 

Les recettes des films français se sont effondrées aussi à l'étranger en 2020, une année hors norme marquée par la pandémie qui voit la Russie devenir championne du cinéma tricolore et le "Portrait de la jeune fille en feu" limiter la casse.

Au total, les films français ont attiré 13,7 millions de spectateurs dans les salles du monde entier, dans les périodes et régions où elles ont pu ouvrir malgré le coronavirus, a annoncé mardi Unifrance, chargé de promouvoir le 7e art à l'export.

Ce chiffre est en recul de près de 70% par rapport à l'année précédente. Les recettes ont diminué dans les mêmes proportions, à 86,6 millions d'euros.

En l'absence de gros succès, seuls deux films ont dépassé en 2020 le million de spectateurs étrangers depuis leur sortie, contre sept l'an dernier : "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma (1,47 million d'entrées cumulé) et "J'accuse" de Roman Polanski (1,41 million).

La Russie a détrôné l'Italie comme pays où les films français ont fait le plus d'entrées, avec 1,46 million de spectateurs, en recul de moitié. Suivent l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne et les Pays-Bas.

"En 2020, les films français ont continué de circuler dans les salles" internationales où "de nombreux films, notamment hollywoodiens, ont manqué", a souligné l'un des dirigeants d'Unifrance, Gilles Renouard, en présentant ces chiffres. "Le cinéma français a tenu son rang", assure-t-il, mais "2021 ne sera pas simple".




 

Vos commentaires