En ce moment
 

Cinéma: le film "Shéhérazade" primé trois fois à Angoulême

Cinéma: le film
Le réalisateur Jean-Bernard Marlin, lauréat de trois prix pour "Shéhérazade", dont celui du meilleur film, lors de la cérémonie de clôture du festival du film francophone d'Angoulême, le 26 août 2018Yohan BONNET

Le film "Shéhérazade" de Jean-Bernard Marlin a reçu dimanche soir trois prix, dont celui du meilleur film, lors de la cérémonie de clôture du festival du film francophone d'Angoulême.

La présidente du jury, l'actrice Karin Viard, a remis au réalisateur Jean-Bernard Marlin le Valois TV5 Monde de diamant devant une salle comble au théâtre d'Angoulême.

Devant plus de 700 personnes, les actrices Elsa Lunghini et Camélia Jordana ont respectivement remis au réalisateur deux autres prix pour "Shéhérazade": le Valois Magelis des étudiants francophones et le Valois Sacem de la musique de film qui a été composée par Mouss et Hakim (Zebda).

Ce long-métrage, qui sort le 5 septembre dans les salles, raconte l'histoire de Zachary (Dylan Robert), un jeune délinquant qui traîne dans les quartiers populaires de Marseille où il tombe amoureux de Shéhérazade, une prostituée de son âge.

Les acteurs ne sont pas des professionnels. Huit mois de castings dans les foyers ou à la sortie des prisons marseillaises ont permis au réalisateur de trouver notamment Dylan Robert, un jeune repris de justice.

Autre gagnant du festival angoumoisin, qui en dix ans s'est imposé comme la rampe de lancement pour les films francophones de l'année: "Tout ce qu'il me reste de la révolution" de Judith Davis. Il a reçu le Valois du jury.

Dans ce film qui sort début janvier, la jeune Angèle se bat contre "la malédiction de sa génération": être né "trop tard", à l'heure de la déprime politique.

Entre un Don Quichotte des temps modernes et une Bridget Jones française, Angèle veut changer le monde, tout en fuyant les rencontres amoureuses.

Pour cette 11e édition, les acteurs primés sont Milya Corbeil-Gauvreau dans "Les Rois Mongols" de Luc Picard, et côté masculin, Félix Maritaud dans "Sauvage" de Camille Vidal-Naquet.

Le Valois Canal+ du public a été attribué à "L’Amour flou" de Romane Bohringer et Philippe Rebbot, une comédie sur leur séparation, et le Valois du scénario à "Sofia" de Meryem Benm’Barek.

Ce film, racontant l'histoire d'une jeune femme qui se retrouve dans l'illégalité puisque enceinte en dehors du mariage à Casablanca, avait déjà reçu en mai le prix du scénario au festival de Cannes.

Pour le Valois René Laloux qui est décerné au meilleur court métrage d’animation, "Travelogue Tel Aviv" de Patthey Samuel a été primé tout comme "Hybrids" de Florian Brauch, Kim Tailhades, Matthieu Pujol, Yohan Thireau et Romain Thirion.

En tout, dix films français, belge, québécois, suisse et marocain étaient en compétition pour ce festival, qui a vu émerger ou récompenser par le passé de futurs succès populaires comme "Les intouchables", "Les Garçons et Guillaume, à Table!" ou l'an dernier, "Petit paysan".

Vos commentaires